— L'essentiel —

Comité de rivière des Dranses et de l’Est Lémanique – Défis et enjeux

Mardi 13 octobre 2020 Eau Montagne Villes et territoires

L’économie du territoire des Dranses et de l’Est Lémanique est fortement structurée. En effet, elle englobe le pôle de l’agglomération Thonon-Evian, les vallées touristiques et la proximité de la Suisse. L’activité touristique exerce donc une pression importante, particulièrement en matière de traitement des eaux usées et d’alimentation en eau potable (besoins importants en période d’étiage). Par ailleurs, dans le cadre du changement climatique, les pressions sur le bassin versant s’accentuent.

Présentation du bassin versant des Dranses et de l’Est Lémanique

Le bassin versant des Dranses et de l’est lémanique se situe dans le Chablais, à l’extrême nord des Alpes françaises, en limite avec la Suisse. Il est constitué des Dranses et des cours d’eau de l’est lémanique, affluents du Léman, unique exutoire de ce bassin versant.

Ce bassin versant concerne 41 communes et 88 000 habitants.

Ce territoire couvre une superficie de 638 km² pour un linéaire cumulé de cours d’eau de 210 kms.

La naissance d’un contrat de rivière

Avec la présence du lac Léman, plus grande réserve d’eau douce d’Europe occidentale, des nombreux cours d’eau, des nappes phréatiques et des eaux minérales, le Chablais semble nanti en réserves d’eau. Toutefois, cette ressource est fragile. La croissance démographique, l’explosion de l’urbanisation, les pollutions, une mauvaise gestion des forêts ou des usages non maîtrisés peuvent causer des effets irrémédiables sur la ressource en eau.

Le projet de contrat de rivières des Dranses et de l’Est Lémanique voit le jour dès le milieu des années 90. Cependant, la première tentative de procédure de type SAGE sur le bassin versant des Dranses n’aboutira pas.

Au mois d’octobre 2009, le Comité d’agrément du Bassin Rhône-Méditerranée reprend le projet en main. Il émet alors un avis favorable à la poursuite de l’élaboration du dossier définitif du contrat de rivières des Dranses et de l’Est lémanique.

En septembre 2017, la stratégie globale de gestion et de protection de la ressource en eau sur le territoire est validée. Les partenaires du contrat de rivières signent le document, porté par le Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Chablais (SIAC).

Cette instance est le lieu de débat entre les acteurs pour la définition des objectifs du programme de travaux et des modalités d’évaluation. Il importe donc que sa composition soit représentative du tissu économique et social du territoire.

FNE Haute-Savoie siège au comité de rivière au sein du collège des organismes professionnels et des usagers. Ce comité de rivière se réunit une fois par an.

Les objectifs du contrat de rivière des Dranses et de l’Est Lémanique :

  • Réduire les altérations de la qualité des milieux (insuffisance de l’assainissement ou de la dépollution, effluents d’élevage, micropolluants…) ;
  • Restaurer et préserver le milieu (problèmes de dynamique fluviale, gestion des boisements et des matériaux, continuité écologique…) ;
  • Réduire les risques de crues torrentielles et d’inondations ;
  • Gérer durablement la ressource en eau (anticiper les déficits à venir et les évolutions dues au changement climatique, conflits d’usages et partage de la ressource en eau…)
  • Valoriser les milieux naturels et le patrimoine liés à l’eau.

 

Le témoignage de notre représentant

De 2016 à 2019, Jean-Pierre Jacquier a siégé au comité de rivière en tant que représentant de FNE Haute-Savoie. Il témoigne :

” Aujourd’hui l’hydrologie a complètement changé. L’eau ne reste pas. Avec le changement climatique, l’écoulement est très discontinu. Ça fait mal car cela fait beaucoup de dégâts sur nos rivières.

Au fur et à mesure, j’ai eu l’impression d’une meilleure prise en compte de la part des élus sur la gestion quantitative de l’eau à l’échelle communale, même s’ils n’ont pas une vision globale à l’échelle de la vallée. À titre personnel, ce rôle m’a permis une meilleure connaissance du fonctionnement des différents acteurs et différentes administrations.

J’ai été marqué par le greenwashing des maires des stations de ski. Ils nous présentaient les retenues collinaires comme favorisant la biodiversité.

Un gros enjeu est celui des travaux de restauration physique sur la partie avale de la Dranse. Ils ont pour objectif de redonner de la mobilité à la rivière et de prévenir des risques d’inondations. Ces travaux sont prévus de 2020 à 2022. Concrètement, ils consisteront en la création de nouveaux chemins d’écoulement, et en l’aménagement de berges. Cela passera notamment par la gestion de la végétation envahissante.

Par ailleurs, d’autres questions doivent faire l’objet d’une attention accrue de la part de tous les acteurs. Pour le contrat de rivière, je pense notamment aux espèces exotiques envahissantes et aux pollutions apportées par les eaux pluviales. Il est aussi essentiel de garder un œil sur les nombreux projets de microcentrales hydroélectriques. En effet, elles peuvent constituer des obstacles à la continuité écologique. Dans le cadre d’une croissance démographique soutenue et dans le contexte du changement climatique, les défis ne manquent pas ! “

Publié par FNE Haute-Savoie

Le Mardi 13 octobre 2020

https://www.fne-aura.org/essentiel/haute-savoie/comite-de-riviere-des-dranses-et-de-lest-lemanique-defis-et-enjeux/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts