— Actualités —

Marchandises à travers les Alpes : encore et toujours la route

La galerie de sécurité du Fréjus doit être ouverte à la circulation routière en octobre 2021. Nous apprenons aussi que le tunnel du Mont-Blanc va devoir être fermé pendant plusieurs mois pour d’importants travaux sur sa voûte à partir de 2022. Simple coïncidence ?

Le ferroviaire dans l’angle mort

Malgré les nombreuses promesses politiques, rien n’a été fait ces dernières années pour relancer le fret ferroviaire pour la traversée des Alpes. En 2021, l’Autoroute Ferroviaire Alpine a soufflé ses 18e bougies en phase expérimentale, avec seulement 30 000 camions transportés par an, pour des capacités réelles totales de 300 000 remorques et poids lourds par an. Le fret ferroviaire classique ne bénéficie pas non plus de soutien. Par conséquence, 93% des marchandises traversent aujourd’hui les Alpes par la route en France, contre 7% seulement par le rail.

Solidarité entre la Savoie et la Haute-Savoie

Conjointement et solidairement, les associations de Savoie et de Haute-Savoie demandent que les dispositions en faveur du transfert vers le rail du trafic poids lourds soient prises avant la fermeture pour travaux du tunnel du Mont Blanc. Les 1 700 camions/jour du tunnel du Mont Blanc doivent être ré-orientés sur le ferroviaire et non sur l’autoroute de Maurienne. De plus, le deuxième tube du tunnel du Fréjus doit rester ouvert aux seuls services de secours et d’exploitation, comme prévu initialement.

 Agir aujourd’hui

Le report du trafic des poids lourds d’une vallée vers l’autre en fonction des besoins ou accidents n’est plus tolérable. Développons enfin une 3e voie, celle du ferroviaire sur les lignes existantes, sans plus attendre. La promesse d’une solution à une échéance toujours plus lointaine n’est pas non plus une réponse adéquate à l’urgence climatique et sanitaire liée à la pollution de l’air.

Les capacités ferroviaires sont là

La Cour des Comptes les a revues à la baisse pour prendre en compte les mesures de sécurité et l’accroissement du trafic TER. Elles restent pourtant de 15 millions de tonnes par an sur la ligne du Mont-Cenis, ce qui est significatif puisque le trafic marchandises des deux tunnels routiers du Mont-Blanc et du Fréjus est d’environ 20 millions de tonnes par an.

 Lettre ouverte des associations aux décideurs

Au Président de la République, Ministre de la Transition  Écologique, Préfets, parlementaires et élus régionaux et locaux – 14 juin 2021
Objet : Ouverture de la galerie de sécurité du Tunnel du Fréjus au 2ème semestre 2021
Fermeture du Tunnel du Mont-Blanc en 2022 et 2023
5000 véhicules supplémentaires sur la rocade de Chambéry et en Maurienne dès 2022
La fermeture du tunnel du Mont-Blanc est prévue à échéance de 18 mois pour d’importants travaux (2 mois à l’automne 2022 et 2 mois à l’automne 2023 selon l’ATMB). Dans le même temps, forte coïncidence, la Société Française du Tunnel Routier du Fréjus (SFTRF) annonce l’ouverture de la galerie de sécurité du Fréjus à la circulation routière pour le dernier trimestre de 2021.
  • Nous demandons des informations et explications sur cette concomitance et sur les modalités et conséquences de cette politique de transport favorisant une fois de plus, le transport routier, en opposition avec tous les discours des autorités.
  • Nous demandons que les dispositions en faveur du transfert modal du trafic poids-lourds soient prises AVANT la fermeture pour travaux du tunnel du Mont Blanc (TMB). Les 1 700 poids lourds par jour passant dans le tunnel du Mont Blanc doivent être ré-orientés sur le ferroviaire et non sur l’autoroute de Maurienne.
En comptant poids-lourds et véhicules particuliers, la fermeture du tunnel du Mont-Blanc occasionnera, pour aller en Italie par l’A43 et le Tunnel du Fréjus, le passage d’environ 5 000 véhicules supplémentaires par jour sur la rocade de Chambéry et en Maurienne, si rien n’était fait pour le transfert vers le rail. Nous rappelons que la ligne ferroviaire Ambérieu – Modane, a été modernisée en 2012. Cette ligne est très largement sous utilisée avec moins de 3 millions de tonnes de marchandises par an alors qu’elle peut en transporter jusqu’à 15 millions.
  • En attente d’une Enquête Publique formelle et obligatoire nécessaire à sa mise en circulation, nous demandons que le deuxième tube du tunnel du Fréjus soit interdit à la circulation et uniquement ouvert aux services de secours et d’exploitation comme cela était le but initialement annoncé de cet ouvrage. Le droit doit être respecté en Maurienne, par l’État en premier lieu.
  • Nous demandons également la réformation du jugement du Tribunal Administratif concernant nos associations. Elles ont, en effet, porté un recours contre la Déclaration d’Utilité Publique de 2008, se doutant que l’ouvrage, vu ses grandes dimensions serait destiné en réalité à la circulation et non aux secours. Le juge les a déboutées au motif qu’elles n’avaient pas de raison de penser que la galerie serait en réalité un tube de circulation ! L’histoire montre qu’elles avaient pleinement raison.
Vous trouverez en annexe des précisions sur les justifications de nos demandes.
La transition énergétique nous impose d’agir sans plus tarder. Ne pas utiliser les capacités ferroviaires disponibles aujourd’hui sur la ligne ferroviaire récemment rénovée, est injustifiable et constitue à nos yeux une faute politique et sociale : l’ouverture de cette galerie à la circulation est contraire aux grandes orientations de l’Accord de Paris issu de la COP 21, de la Stratégie Nationale Bas Carbone, des objectifs de l’UE, du projet de loi « Climat » et, enfin, de la Convention Alpine (Traité de droit international que la France a ratifié). Nous rappelons d’ailleurs qu’au lancement du projet de « galerie de sécurité » au tunnel du Fréjus, le Comité de Massif des Alpes demandait le respect de ce traité et s’opposait fermement, dans une motion adoptée le 5 mai 2006 à Annecy, à l’utilisation de cette galerie de sécurité comme voie de circulation.
Nous vous prions de croire à notre détermination et à l’expression de nos sentiments respectueux.

Signataires

France Nature Environnement Auvergne Rhône-Alpes (FNE AURA)
Mountain Wilderness (MW)
Commission internationale pour la Protection des Alpes (CIPRA)
Vivre et Agir en Maurienne (VAM)
Réseau Air 74 (28 associations en Haute-Savoie)
https://reseauairhautesavoie.wixsite.com/reseau-air-74
Amis de la Terre
Plus d’infos : https://inspire74.com/infos/et-le-rail

Publié par FNE Haute-Savoie

Le Mercredi 16 juin 2021

https://www.fne-aura.org/actualites/haute-savoie/marchandises-a-travers-les-alpes-encore-et-toujours-la-route/

Lien vers cet article :
https://www.fne-aura.org/actualites/haute-savoie/marchandises-a-travers-les-alpes-encore-et-toujours-la-route/