— L'essentiel —

Le Rival, un cours d’eau restauré en Bièvre Liers Valloire

Restaurer le bon équilibre des milieux aquatiques est une priorité pour les associations de protection de la nature et de nombreux acteurs de l'eau en France. Voici un exemple local en Isère : la restauration écologique du Rival, cours d'eau du bassin Bièvre Liers Valloire.

La restauration écologique des milieux aquatiques : l’exemple du Rival et du gué des Moutinières

Le Rival est un cours d’eau emblématique du bassin versant Bièvre Liers Valloire dans le département de l’Isère. Il prend sa source à Quincieu et rejoint l’Oron. Très anthropisé*, il abrite aujourd’hui encore une biodiversité piscicole intéressante et notamment une population de truite fario. Un projet de restauration a été lancé sur ce cours d’eau, au niveau du seuil du Gué des Moutinières à Saint-Siméon-de-Bressieux. L’objectif est de permettre la libre circulation des poissons d’aval en amont, essentielle à la réalisation de leur cycle biologique.

La truite fario (Salmo trutta fario) est un poisson migrateur, espèce repère des cours d’eau.

La continuité écologique

La continuité écologique est une notion introduite dans la Directive Cadre Européenne sur l’Eau de 2000. Elle se définit par la libre circulation des espèces piscicoles et du transit sédimentaire. La présence de seuils transversaux en rivière engendre bien souvent une rupture de la continuité écologique. C’est un facteur d’altération prépondérant des milieux aquatiques. La restauration de la continuité est donc aujourd’hui un levier d’action incontournable pour l’amélioration de l’état écologique des cours d’eau.

La restauration de la continuité écologique du Rival : le gué des Moutinières

Gauche : Gué des Moutinières avant travaux, SIRRA (Syndicat Isérois des Rivières Rhône Aval)<br /> Droite : Gué des Moutinières pendant les travaux, 10/08/21, SIRRA (Syndicat Isérois des Rivières Rhône Aval)<br />

Le Gué des Moutinières est un ancien passage à gué permettant le franchissement du Rival sur la commune de Saint-Siméon-de-Bressieux. Constitué de 3 buses implantées dans du  béton, il engendrait une chute infranchissable pour la majorité des espèces piscicoles. Il était référencé comme obstacle à la continuité par l’Office Français pour la Biodiversité (OFB).  De plus, il n’était pas sécurisé pour les véhicules en période de hautes eaux.

En tant qu’obstacle à la franchissabilité du Rival, cet ouvrage a été identifié dans le SAGE* Bièvre Liers Valloire comme ouvrage prioritaire. Le projet de restauration écologique consiste au remplacement du gué existant par un pont-cadre*. Ce projet doit permettre de restaurer la libre circulation des espèces piscicoles sur un linéaire de 5,4 km. Les travaux ont été réalisés sous maitrise d’ouvrage du SIRRA (Syndicat isérois des rivières Rhône aval). Ils ont duré près de 3 mois et se sont terminés en novembre 2021.

La vidéo des travaux réalisés :

Piste vidéo
https://www.youtube.com/watch?v=ZlA4s-zVlv0

Définitions :

Anthropisé : qui est modifié par la présence humaine.

Pont-cadre : pont en béton, généralement de faibles dimensions, dont le tablier, les piédroits et le radier forment une structure d’un seul bloc.

SAGE : Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

Publié par FNE Isère

Le Lundi 03 janvier 2022

https://www.fne-aura.org/essentiel/isere/le-rival-un-cours-deau-restaure-en-bievre-liers-valloire/

Lien vers cet article :
https://www.fne-aura.org/essentiel/isere/le-rival-un-cours-deau-restaure-en-bievre-liers-valloire/