— Actualités —

Débat pour un projet agricole à Technolac

Un grand rassemblement citoyen autour du projet d’aménagement de la ZAC 3 de Savoie Technolac, sur la commune de la Motte-Servolex, s'est déroulé samedi 30 septembre, organisé par le « collectif pour un projet agricole à Technolac », avec la participation de représentants de FNE Savoie. Au cœur du débat : l'artificialisation programmée de terres vouées à l'agriculture.

Après un déplacement en vélo proposé à partir de Chambéry et Aix les Bains, un repas partagé et 2 visites des lieux, l’une naturaliste et l’autre pour constater la vacance d’un certain nombre de bâtiments existants (notamment sur la ZAC 1), place a été faite à l’historique du projet d’aménagement de la ZAC 3 :

  • à l’étude depuis 2011, dans le prolongement des 78 ha aménagés au sein des ZAC 1 et 2 (sur la commune du Bourget de Lac)
  • décidé par Chambéry Métropole en 2015
  • bientôt en phase d’enquête publique.

Bâtiment vide sur ZAC 1

Ont suivi des ateliers thématiques puis l’expression de différents avis, confrontés avec ceux des maires des communes du Bourget du lac et de La Motte-Servolex, cette dernière étant directement concernée, au sein de la Communauté d’agglomération Grand Chambéry porteuse du projet d’aménagement, le tout très convivial et rondement mené par les organisateurs.

Objet du litige : l’artificialisation des sols

Le litige entre les élus et le collectif citoyens vient essentiellement de la question de l’artificialisation des sols agricoles, parmi les meilleurs de ceux restant en Savoie après l’urbanisation forcenée de la périphérie des villes de fond de vallée.

Mis à part quelques « éclaireurs avertis », il y a peu de temps que la question des risques liés à notre dépendance alimentaire est sur le devant de la scène, aussi bien au niveau de notre département qu’au niveau national et européen. Elle est désormais à prendre en considération, par exemple au travers de “Plans d’alimentation territoriaux”, tout comme l’adéquation ressources/besoins en eau, toutes utilisations confondues (sans oublier la vie aquatique des rivières et plans d’eau).
D’une manière générale, beaucoup d’inquiétudes émergent du fait de l’agriculture industrielle orientée sur l’élevage et le nourrissage du bétail, au détriment d’une agriculture nourricière portée par des « paysans » maraîchers ou arboriculteurs par ailleurs devenus plus vulnérables à cause du réchauffement climatique.
Beaucoup d’inquiétudes aussi du fait de la perte d’absorption du CO2 de la part de sols de plus en plus malmenés, ou pire, bétonnés et goudronnés de manière irréversible, avec les conséquences que cela peut avoir sur la ressource en eau (sols moins absorbants…).
Enfin, avec 85% des personnes accédant au site seules en voiture et le constat de l’insuffisance des transports en commun ou du covoiturage, la question de la mobilité a également été pointée du doigt, aussi bien pour le présent que pour l’avenir si la ZAC 3 amène encore plus de fréquentation du site (actuellement environ 6000 étudiants, 1000 chercheurs, 4000 employés de tout bord).

Atelier "Alimentation et réchauffement climatique" avec Marc Peyronnard, coprésident de FNE Savoie

Le projet des élus

Face à un collectif déterminé à avoir gain de cause en regard de la fragilité de la production agricole made in France et celle de l’acheminement des produits alimentaires, les élus ont rappelé les responsabilités de chacun et affirmé la sincérité de leur engagement sur ce qu’ils considèrent comme le bien commun.

Pour eux, il s’agirait d’accompagner le besoin d’extension d’entreprises existantes (innovantes notamment en matière d’énergie renouvelable) jusqu’à l’horizon 2050, c’est à dire en prenant son temps, en étant économe en places de stationnement et en utilisant seulement 11 ha sur la totalité des 21 ha “disponibles”, donc l’autre partie pourrait être réservée pour des espaces verts et pour du maraîchage.
Le maire de La Motte a rappelé que la commune dispose par ailleurs d’1,6 ha de terres agricoles mises à disposition d’un maraîcher, qui pourrait participer à alimenter la cuisine municipale servant près de 950 repas/jour. A bon entendeur…

Les propositions du collectif

En accompagnement de la conservation de l’intégralité des 21 ha de terres agricoles, et pointant la nécessité de nouveaux arbitrages, le collectif, de son côté, a rappelé ses valeurs en terme de démocratie participative et ses propositions alternatives (liste non exhaustive) :

  • L’utilisation des bâtiments vacants (EDF…) sur les ZAC 1 et 2 serait la priorité
  • Inventaire des parkings surdimensionnés (surtout ZAC 2) et voir s’ils pourraient être constructibles ?
  • Surélévation de bâtiments, analyse à faire des contraintes techniques
  • Orientation de nouvelles entreprises (ou celles en désir d’extension) vers des Zones d’activités existantes, avec sols malheureusement déjà décapés, notamment à Aiton, zone pour laquelle FNE s’était mobilisée sans succès au côté de la Confédération paysanne.
  • Autant les entreprises travaillant dans le domaine des énergies renouvelables peuvent être bien venues (dès lors qu’elles ne s’implantent pas sur des terrains agricoles !), autant celles travaillant pour le développement du numérique sont beaucoup moins bien venues.(NDLR)
  • Il ne s’agit pas d’une densification qui sacrifierait les espaces verts et les arbres fort appréciables sur les ZAC 1 et 2, cependant certains participants ont avancé que des pommiers pourraient être plantés, notamment sur l’ancienne place d’armes (de l’ancienne caserne) au bord de laquelle le rassemblement avait lieu…

Rassemblement citoyen pour la sauvegarde de terres agricoles sur ZAC 3, Savoie Technolac

Après cette journée instructive, animée et riche en rencontres, tout le monde semble être d’accord sur le fait que les champs de maïs actuellement cultivés en conventionnel auraient avantage à être travaillés autrement et en maraîchage biologique…

Il s’agirait donc de conserver au maximum de sols vivants et de laisser de la place pour la biodiversité actuellement assez pauvre, sauf aux abords du bras de décharge (réalisé pour couper les crues de la Leysse), sans bloquer le seul corridor biologique qui permet le passage des animaux en direction du massif de l’Epine.
Reste à savoir sur quelle surface, (en partie ou totalité des 21 ha ?) par qui, quand et comment mettre cela en place de manière pérenne ?

Cette journée a montré combien les échanges directs, avec une véritable concertation, sont précieux pour les litiges liés à l’aménagement et la préservation de notre territoire. Affaire à suivre, à travers la pétition en ligne* et dans l’attente de l’enquête publique qui, à défaut d’un référendum réclamé par certains, devrait rassembler un maximum d’avis… dans l’objectif d’être entendu sur l’importance d’une agriculture locale, saine et nourricière pour notre avenir.

Mobilisation pour un projet agricole sur la ZAC 3 de Savoie Technolac

Publié par FNE Savoie

Le Mardi 03 octobre 2023

https://www.fne-aura.org/actualites/savoie/debat-pour-un-projet-agricole-a-technolac/

Lien vers cet article :
https://www.fne-aura.org/actualites/savoie/debat-pour-un-projet-agricole-a-technolac/