— Nos avis —

Multiplication des opérations de débroussaillement à forts impacts sur la biodiversité

Via le dispositif Sentinelles de la nature, FNE Isère a observé depuis 2023 une multiplication des opérations de débroussaillement, réalisées sans aucune précaution pour préserver l’équilibre des milieux naturels. Ce phénomène risque de prendre de l’ampleur avec l’augmentation du risque d’incendie associée au réchauffement climatique. FNE Isère va engager des démarches pour une meilleure prise en compte de l’environnement dans l’exécution de l’obligation légale de débroussaillement.

Plusieurs opérations de débroussaillement en moins d’un an à Grenoble, dans le secteur du Rachais

La première alerte renseignée en avril 2023 sur le site des Sentinelles concerne le déboisement et débroussaillement d’une parcelle de 4.5 hectares au-dessus de la cité du Rabot. Cette parcelle, qui appartient à l’Etat, est soumise à obligation légale de déboisement.

En l’espèce, l’entreprise mandatée devait débroussailler la parcelle dans un rayon de 50 mètres autour du bâtiment, et de préférence en période hivernale. Or, celle-ci a débroussaillé la totalité de la parcelle en dehors de la période recommandée et n’a pas tenu compte des techniques de gestion appropriées.

Peu de temps après le signalement, FNE Isère, la LPO AURA délégation Isère et Gentiana ont alerté les services de l’Etat pour obtenir l’arrêt du chantier. Malgré nos démarches, les travaux se sont poursuivis en novembre 2023 sans respecter les préconisations pour préserver la biodiversité du site.

En janvier 2024, FNE Isère a reçu une seconde alerte concernant des travaux de débroussaillement réalisés dans le même secteur, cette fois-ci sur la parcelle appartenant au CROUS. Les travaux ont été réalisés par la même entreprise, toujours selon des méthodes causant un fort impact sur les milieux.

Des opérations de débroussaillement causant de forts impacts à l’environnement

Ces travaux ont eu des conséquences néfastes sur la biodiversité et plus globalement l’environnement. Les travaux ont été amorcés lors de la période de reproduction de la faune et de la flore, dans un secteur à forts enjeux. Les parcelles concernées sont en réservoir de biodiversité et en zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1 et 2.

De nombreuses espèces remarquables, tant au niveau floristique que faunistique – dont certaines sont des raretés départementales voire régionales -, vivent dans le secteur. Ont notamment été inventoriés par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) 62 espèces d’oiseaux, 6 espèces de chauve-souris, ainsi que plusieurs espèces de papillons et le lézard des murailles. De même, une étude de Gentiana sur la flore a mis en évidence la présence d’espèces patrimoniales menacées.

Les travaux réalisés à la Bastille se sont traduits par un important décapage des sols et une coupe indifférenciée des arbres, à l’aide d’engins lourds et volumineux. Les chantiers ont favorisé le développement des espèces invasives et causé un éboulement.

Des actions en perspectives pour tenter de limiter les impacts

Pour limiter le risque de propagation d’incendie en cas de feu de forêt, il est demandé aux propriétaires des parcelles de débroussailler aux abords des zones urbanisées. Cette obligation est définie par le code forestier et a été précisée par un arrêté préfectoral de 2013.

La nécessité de limiter les risques de propagation d’incendie est primordiale ; et ce encore plus dans un contexte où les effets du réchauffement climatique sont de plus en plus prégnants. Toutefois, les actions mises en œuvre pour répondre à cet impératif ne doivent pas conduire à la destruction des écosystèmes.

D’après le guide réalisé par la préfecture sur le débroussaillement, le renouvellement de la forêt doit en principe être garanti, en conservant des semis et jeunes arbres. Les travaux ne doivent pas causer de “traumatisme écologique”. Mais ce guide n’est pas appliqué et n’apporte aucune garantie en termes de préservation des enjeux écologiques.

Or, avec l’augmentation de la fréquence des périodes de sécheresse et de canicule, les opérations de débroussaillement vont certainement se multiplier. Il est donc impératif d’encadrer plus précisément la réalisation de ces opérations.

Dans cette perspective, FNE Isère va demander au Préfet de prendre des mesures pour assurer une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux dans l’exécution de l’obligation légale de débroussaillement.

Pour aller plus loin sur l’encadrement juridique des opérations de débroussaillement, de coupe, de défrichage… Rendez-vous la formation « Décrypter le débroussaillement », prévue le vendredi 3 mai à 18h30. 

Publié par FNE Isère

Le Mardi 26 mars 2024

https://www.fne-aura.org/nos-avis/isere/multiplication-des-operations-de-debroussaillement-a-forts-impacts-sur-la-biodiversite/

Lien vers cet article :
https://www.fne-aura.org/nos-avis/isere/multiplication-des-operations-de-debroussaillement-a-forts-impacts-sur-la-biodiversite/