— Actualités —

L’Yzeron : Faire à nouveau respirer la rivière

Lundi 23 mars 2020 Biodiversité Eau

Le SAGYRC, syndicat mixte pour la gestion des eaux du bassin versant de l’Yzeron

Le SAGYRC (Syndicat Mixte d’Aménagement de Gestion de l’Yzeron, du Ratier et du Charbonnières) est en charge de la gestion et des aménagements des cours d’eau du bassin versant de l’Yzeron. Il regroupe 5 intercommunalités et 19 communes de l’ouest lyonnais. Parce que la gestion de l’eau est l’affaire de tous, il mène l’ensemble de ses missions en concertation avec ses partenaires et les usagers de la rivière.

Comme beaucoup de bassins périurbains, le bassin versant de l’Yzeron est marqué par de nombreux dysfonctionnements dus aux pressions anthropiques : crues violentes et inondations, dégradation de la qualité de l’eau, érosion accrue du lit et des berges des cours d’eau mais également des épisodes de sévères étiages.

Un premier établissement intercommunal en 1991, puis un comité de rivière en 1998

Pour relever ces enjeux majeurs, la nécessité d’une action commune, cohérente et globale à l’échelle du bassin versant s’est imposée dès la fin des années 80. Elle a conduit à la création d’un premier établissement intercommunal en 1991 dont l’objectif était de diagnostiquer les dysfonctionnements du bassin et de définir une stratégie commune pour lutter efficacement contre les inondations (le SAGYRC – 12 communes). Puis un comité de rivière a été mis en place en 1998 pour assurer une représentation des différents acteurs, et pour élaborer un Contrat de rivière, reflet d’une volonté locale partagée, forte et affirmée sur l’ensemble du bassin versant.

Le SAGYRC et le contrat de rivière de 2001 à 2008

Le SAGYRC avait été mis en place en décembre 2001, pour être porteur de la cohérence des projets liés aux cours d’eau à l’échelle du bassin versant (20 communes jusqu’en 2015), notamment dans le cadre de la maîtrise des inondations. Il s’agit d’assurer la coordination des différents maîtres d’ouvrage ou bien d’agir lui-même en tant que maître d’ouvrage dans le cas de compétences spécifiques aux cours d’eau.

C’est dans ce contexte que le syndicat a porté le contrat de rivière Yzeron Vif entre 2002 et 2008.

A l’issue de l’étude bilan, il a fait le choix de ne pas relancer un nouveau contrat de rivière, mais de s’appuyer sur la dynamique collective et la solidarité intercommunale pour développer et poursuivre les actions engagées.

Carte_Bassin_versant_de_lYzeron_©SAGYRC

La poursuite des évolutions de 2013 à aujourd’hui

Dans ce contexte, un programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) a été labellisé en 2013 pour une durée de 6 ans.

En février 2018, l’application de la nouvelle compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations), s’est accompagnée d’une évolution institutionnelle du SAGYRC. Cette compétence GEMAPI prévoit en effet que, les compétences relatives à la protection contre les inondations et à la gestion des milieux aquatiques (initialement facultatives et assurées le cas échéant par les communes ou leurs groupements sous forme de syndicats), sont désormais obligatoires et relèvent des intercommunalités dites à fiscalité propre (métropoles, communautés de communes, communautés d’agglomération etc).

La Métropole de Lyon ainsi que quatre autres intercommunalités (les Communautés de communes des Vallons du Lyonnais, de la Vallée du Garon, du Pays de l’Arbesle et des Monts du Lyonnais) sont donc entrées dans le SAGYRC évoluant ainsi en Syndicat mixte, afin de lui confier cette gestion sur le bassin versant de l’Yzeron.

Les actions du SAGYRC

Le SAGYRC dispose de deux grands blocs de compétences, celles relatives à la GEMAPI (GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) et des compétences complémentaires auxquelles les communes membres adhèrent. Il assure ainsi trois missions principales :

Lutter contre les inondations et protéger les personnes et les biens

L’objectif est de garantir une protection des habitants contre les crues centennales, tout en minimisant les impacts sur les propriétés riveraines, l’environnement et les coûts de réalisation.. Le plan d’actions est décliné en deux temps : l’élargissement et la restauration du lit des cours d’eau, notamment de l’Yzeron sur sa partie aval, puis la création de deux barrages écrêteurs de crues en amont sur l’Yzeron et le Charbonnières, pour stocker temporairement les crues en cas de très fortes pluies.

Entretenir les cours d’eau et assurer un bon fonctionnement hydrologique et écologique

Le Syndicat de l’Yzeron mène un programme d’entretien régulier des cours d’eau, avec l’intervention de la Brigade de rivière (équipe de 6 à 8 personnes en insertion) : entretien de la végétation des rives, évacuation des arbres morts, confortement des berges, lutte contre les espèces envahissantes… Ce programme permet d’assurer un meilleur écoulement des eaux, limitant ainsi les risques de formation d’embâcles en cas de fortes pluies, et la présence d’une végétation diversifiée et inféodée aux milieux aquatiques. Ainsi, le Syndicat intervient au quotidien pour s’assurer du bon fonctionnement hydrologique et écologique de l’Yzeron et de ses affluents.

Valoriser les milieux aquatiques et favoriser la biodiversité des cours d’eau

Afin de rendre aux cours d’eau un fonctionnement plus naturel et d’améliorer la qualité de l’eau, le SAGYRC mène des actions de restauration du lit, des berges et des habitats pour la faune aquatique : diversité de matériaux du fond du lit et des vitesses d’écoulement des eaux, aménagement des seuils pour garantir la libre circulation des espèces et des sédiments (continuité biologique). Il pilote et anime également un plan de gestion de la ressource en eau et des actions de prévention des pollutions.

Exemple d’un aménagement bénéfique

Un nouveau regard sur la rivière.

Le réaménagement des cours d’eau permet de protéger les riverains d’une crue d’une ampleur comparable à celle de 2003 (trentennale) et de redonner un fonctionnement plus naturel à la rivière.

Les aménagements consistent à élargir et restaurer le lit de la rivière, afin de permettre un meilleur écoulement des eaux en cas de crue et de redonner sa liberté au cours d’eau.

Les cours d’eau font également l’objet d’une restauration de leur fonctionnement naturel, avec la suppression des obstacles à la circulation des poissons, la renaturation du lit et des berges fortement artificialisées en zones urbaines.

Les accès à la rivière sont plus sécurisés et plus agréables, avec la création sur plusieurs secteurs, de promenades, chemins, lieux de détente.

Les aménagements à Oullins

Après l’aménagement du Charbonnières, livré en 2013, Oullins est le second site d’intervention. Destinés à protéger contre des crues de niveau trentennal et à restaurer la rivière, les travaux ont débuté en mars 2014, pour se terminer fin 2015, avec la finalisation des plantations.

Le projet représente environ un tiers du linéaire total du programme global de réaménagement des cours d’eau. La transformation la plus marquante de l’Yzeron a eu lieu en plein centre-ville d’Oullins, avec la suppression du lit en béton, la restauration du lit et des berges et l’aménagement de sentiers pédestres. Le cours d’eau retrouve aujourd’hui un fonctionnement plus naturel, une qualité écologique et paysagère que la pression urbaine lui avait fait perdre, permettant ainsi à chacun de profiter d’un tout nouveau cadre de vie.

Les évolutions futures

Afin de conforter cette nouvelle coulée verte, une requalification complète du Boulevard de l’Yzeron sera réalisée à terme par la Métropole de Lyon.

La dynamique d’évolution de la végétation sur le site est très satisfaisante, car elle couvre en grande partie la rivière en période de basses eaux. Dans ce contexte, un plan d’entretien pluriannuel du cours d’eau a été établi afin de gérer au mieux la végétation.

Les petites crues ont permis d’analyser les écoulements dans le nouveau lit et d’opérer des aménagements correctifs. Le suivi piscicole a, quant à lui, démontré une multiplication par 4 du nombre de poissons présents, toutes espèces confondues.

Sans oublier la qualité du nouveau paysage qu’offre la rivière au cœur du parc de la Bressonnière.

L’aménagement de l’Yzeron à Oullins en chiffres :

7,4 M€ HT de budget travaux : 1,4 km de linéaire de cours d’eau réaménagés et 1,1 km de promenade aménagée au bord de l’eau

3 nouvelles passerelles reconstruites, 50 arbres et 2 000 arbustes plantés, 1,5 ha plantés en semis de prairies

Action et position de FNE Rhône pour la protection de l’eau et des milieux aquatiques

Protection des cours d’eau et de leur biodiversité :

FNE Rhône a été sollicitée dans le cadre de ces aménagements, avec pour mission de réaliser des suivis naturalistes sur les sections réaménagées.

Plusieurs inventaires ont ainsi été effectués, ciblant prioritairement la végétation et les Odonates (libellules et demoiselles), avec également des observations portant sur d’autres taxons comme les mammifères semi-aquatiques, les Chiroptères ou les Lépidoptères.

Des résultats très positifs

Les inventaires réalisés sur plusieurs années, démontrent une amélioration concernant quasiment tous les taxons.

  • La naturalité de ces milieux autrefois extrêmement artificiels n’a cessé d’augmenter avec une recolonisation rapide de la flore appuyée par l’utilisation des techniques ambitieuses de génie végétal.
  • La réponse de la faune n’a pas tardé à se faire entendre, avec l’arrivée tout aussi rapide d’un cortège entomologique très varié et des traces de présence du plus gros rongeur du territoire, le castor d’Europe.

La quantité importante d’espèces contactées était déjà en soi un signal très fort du succès de la démarche, et l’arrivée d’espèces patrimoniales comme la renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus) ou l’agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) indicatrice Natura 2000 complètent ce constats très positif.

Les suivis se poursuivront pour confirmer cette dynamique et apporter des éléments de gestion complémentaires pour que la biodiversité locale se pérennise et s’enrichisse.

Le témoignage de Yoann, chargé de mission Eau, FNE Rhône :

“J’ai une affection toute particulière pour ce bassin versant. En effet c’est au sein de celui-ci que j’ai passé mes premières années de jeune professionnel lorsqu’en stage à la FRAPNA Rhône je menais une campagne d’inventaire des zones humides du territoire de la Métropole de Lyon. C’est donc en 2013 que j’ai découvert le bassin versant de l’Yzeron, et depuis ce jour je n’ai cessé d’en explorer les moindres recoins, étant même allé jusqu’à parcourir tous les cours d’eau en remontant leurs lits à pied !

C’est donc assez naturellement que j’ai suivi les actions du SAGYRC, en participant aux différentes réunions de concertation et en  réalisant des inventaires entomologiques.

Les derniers aménagements faits sur l’Yzeron à Oullins sont d’une grande qualité et sont, à mon sens, un exemple pour les territoires voisins. J’espère qu’enrichis par ce retour d’expérience positif concernant les actions du SAGYRC, d’autres communes vont s’engager dans la “désimperméabilisation”, la renaturation et la préservation de la biodiversité et donc à leur tour réaliser ce type de travaux.

Les rivières sont des milieux vivants qui ont besoin de liberté, les faire respirer de nouveau en leur restituant leur espace de bon fonctionnement est toujours extrêmement précieux, et toutes les actions concrètes allant dans ce sens doivent être mises en avant.

Publié par FNE Rhône

Le Lundi 23 mars 2020

https://www.fne-aura.org/actualites/rhone/lyzeron-faire-a-nouveau-respirer-la-riviere/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez

Avantage réduction d'impôts