Soutenez-nous, faites un don !

— Communiqués —

Bois de Bramard : la cause est juste et essentielle

Les Associations Sauvegarde Environnement et FNE 43 ont demandé au Tribunal Administratif de Clermont-Ferrand la suspension de l’exécution de l’arrêté préfectoral d’autorisation environnementale pour la réalisation de la Zone d'Activités de Bramard. Vendredi 16 décembre, Le Tribunal Administratif de Clermont-Ferrand a rejeté cette demande en référé au motif qu’il n’y avait plus d’urgence, le défrichement étant déjà effectué.

Le juge des référés laisse néanmoins la porte ouverte en indiquant qu’à la reprise des travaux d’aménagement, les requérantes pourraient redéposer une demande aux mêmes fins.

A défaut d’urgence retenue, aucun des moyens au fond relatif aux atteintes à l’environnement n’ont été débattus.

En parallèle, un recours en annulation de l’autorisation a été déposé le même jour devant le même tribunal. L’audience devrait intervenir au second semestre 2023.

Malgré l’absence de suspension, le porteur de projet reste dans l’incertitude puisqu’en cas d’annulation, certains Tribunaux Administratifs – dont récemment celui de Grenoble – ont également ordonné la remise en état du site.

Ainsi, la course à la réalisation pour capitaliser sur le fait accompli n’est pas l’option à privilégier.

Les Associations Sauvegarde Environnement, FNE 43, Aurec Environnement, sont naturellement déçues de l’ordonnance rendue par le juge administratif.

Mais elles n’en sont pas surprises : la Communauté de Communes Loire Semène a diligenté les travaux de défrichement et les a programmés pour qu’ils démarrent dès l’affichage de l’arrêté préfectoral.

Donc l’urgence à suspendre n’était plus existante dès lors que tous les arbres étaient déjà abattus à la date de l’audience.

Néanmoins les zones humides, les 6 sources et les tourbières limitrophes sont toujours là et en danger immédiat de destruction.

Tous les chercheurs, scientifiques, enquêteurs, journalistes investigateurs, de nombreux élus, nous démontrent tous les jours la nécessité de protéger nos zones humides, sources, forêts, biodiversité.

Des maires ruraux de Haute-Loire se sont réunis au Monastier-sur-Gazeille pour débattre du problème de l’eau avec un de leurs élus hydrogéologue de profession et évoquer la situation préoccupante du département. Le massif de Bramard comme d’autres lieux est un château d’eau qui doit être préservé. L’eau qui s’y trouve et y naît doit être conservée sur place pour alimenter les nappes phréatiques et les puits de nos paysans. L’eau de ruissellement issue des pluies captée sur les zones artificialisées part dans les rivières et alimente les départements en aval.

Continuons, soyons de plus en plus nombreux à nous mobiliser pour préserver ce BIEN vital qu’est L’EAU.

Détruire la biodiversité et la ressource en eau est un non-sens.

Il en va de notre vie et de celle de nos enfants.

Nous le répétons : LA CAUSE EST JUSTE ET ESSENTIELLE

Vous voulez soutenir notre action ? Participez au prochains rendez-vous (contactez nous à accueil43@fne-aura.org) ou faites un don spécifique pour cette action (c’est par ici).

Publié par FNE Haute-Loire

Le Vendredi 23 décembre 2022

https://www.fne-aura.org/communiques/haute-loire/bois-de-bramard-la-cause-est-juste-et-essentielle/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez

Avantage réduction d'impôts