— Nos actions —

11/ Les technologies de gestion de l’éclairage

Mercredi 05 décembre 2018 Pollution lumineuse

Certains dispositifs peuvent contribuer à rendre l’éclairage plus efficace et moins polluant pour l’environnement

« Les appareillages ferromagnétiques anciens peuvent être avantageusement remplacés par des ballasts électroniques qui offrent des fonctionnalités complémentaires telles que la gradation au point lumineux. Des systèmes de commande autonomes et centralisés permettent de contrôler les durées d’allumage et de moduler les valeurs d’éclairement selon les besoins définis. Il existe aujourd’hui de multiples systèmes de commande et les LED offrent de nouvelles possibilités, telles que la détection de présence en zone résidentielle. » (extrait du site de l’ADEME)

Les outils de coupure automatiques de l’éclairage

Les anciennes installations comportent souvent des “lumandars sensibles à l’intensité lumineuse. Ce système a de nombreux inconvénients : dérives dans le temps ; masqué par de la végétation, encrassement… Un nuage un peu sombre en journée peut ainsi déclencher l’éclairage.
Les interrupteurs crépusculaires sont plus modernes mais leur fonctionnement est également lié à une cellule photoélectrique avec les inconvénients ci-dessus.

La solution actuellement la plus adaptée est l’horloge astronomique (voir la fiche du Syndicat intercommunal de l’énergie et de la communication de l’Ain).
Elle permet une gestion fine des horaires d’allumage adaptée aux variations saisonnières, aux éventuelles extinctions nocturnes, aux programmations pour des événements exceptionnels et aux coupures sélectives selon les quartiers.
Plus d’informations sur le site d’un fabricant régional leader sur le marché BH Technologies.
D’après le SIEA le retour sur investissement intervient en moins d’une année à quatres ans selon les installations.
Les horloges astronomiques sont éligibles aux certificats d’économie d’énergie (CEE RES-EC-107).

La variation de puissance/ Ballasts électroniques
Les ballasts électroniques permettent de diminuer l’intensité de l’éclairage en milieu de nuit là où l’extinction n’est pas souhaitable.

Exemple :
Le système Valux adapté à la variation de puissance sur les sources sodium haute pression.
Les systèmes de variation de puissance sont éligibles aux certificats d’économie d’énergie (CEE RES-EC-103).

Les détecteurs de présence
Ces systèmes peuvent être utiles dans des zones peu fréquentées où l’éclairage continu ne se justifie pas. Ils doivent être utilisés avec des sources lumineuses pouvant s’éteindre et se rallumer rapidement. A utiliser donc plutôt avec des LED (ambres de préférence).

Exemple : Lacroix-Sogexi

D’autres systèmes existent pour optimiser les consommations d’énergie liées à l’éclairage public, comme les régulateurs de tension ou les systèmes de maîtrise de la puissance réactive. Ils intéressent moins les aspects biodiversité.

Publié par FNE Isère

Le Mercredi 05 décembre 2018

https://www.fne-aura.org/actions/isere/11-les-technologies-de-gestion-de-leclairage/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Faites un don

Avantage réduction d'impôts