— Actualités —

Opération Hérisson

Dans l'Allier aussi, on dénombre les hérissons!

Mercredi 24 mai 2023 Biodiversité

Quand le hérisson traverse la route

Nombreux sont celles et ceux qui nous disent avoir le cœur bousculé chaque fois qu’ils voient, sur la route, le cadavre écrasé d’un hérisson. Nous savons tous que les routes constituent un danger mortel pour nos petits mammifères. Combien de hérissons sont ainsi tués chaque année ?

Lorsqu’il se sent un danger, le hérisson se met en boule et ne bouge plus ; il est alors facile à éviter. Malheureusement, sa vue ne va pas assez loin et son oreille n’est pas assez fine pour éviter le « risque voiture ». Il pourrait aussi rester chez lui, mais il lui faut trouver le partenaire avec qui s’accoupler. Seuls les gros rails de sécurité bétonnés peuvent l’empêcher de traverser ; mais, ils isolent des groupes de hérissons, et donc favorisent les accouplements consanguins qui affaiblissent les effectifs.

N’avoir pas vu un cadavre de hérisson sur une route ne signifie pas forcément qu’aucun hérisson se soit fait écraser. Il existe de nombreux charognards (tels les corbeaux et corneilles par exemple) qui l’éliminent rapidement. Reste qu’il est probable que le faible nombre d’écrasements routiers traduise la faiblesse numérique des populations de hérissons. Mais on ne dispose pas encore, pour la France, d’une étude solide qui le démontre. C’est l’importance du recensement conduit par FNE.

Une première conclusion s’impose donc aux humains que nous sommes : adaptons notre conduite pour éviter d’écraser les hérissons que nos voitures rencontrent. En effet, réduire de 10, voire 20 km/h, sa vitesse, notamment de nuit, épargnerait de nombreuses espèces, dont le hérisson.

La seconde concerne l’amélioration des connaissances sur la mortalité routière du hérisson : c’est un des objectifs de l’Opération hérisson. Un hérisson écrasé est un indice de présence de l’espèce : cela montre qu’il existe des individus pas loin. Il est donc important que tous les hérissons vus soient signalés, y compris quand ils sont morts afin d’identifier les zones particulièrement accidentogènes.

A partir de vos signalements, il est possible d’étudier l’impact de la mortalité routière sur les populations et ainsi d’estimer les conséquences sur l’état de santé de cette espèce. De plus, à partir de ces données on peut déterminer les zones les plus susceptibles d’occasionner des collisions routières. Des mesures préventives peuvent être mises en place : sensibilisation appuyée, panneaux de signalisation, ralentisseurs…

Le conseil du hérisson : il n’est pas simple de renseigner un individu mort lorsque l’on est au volant. Sachez que vous pouvez renseigner à posteriori, quand vous avez les mains libres, vos observations. Retenez bien le lieu, l’heure et la date et rendez-vous sur notre plateforme pour les signaler. Vivants ou morts, vos signalements sont essentiels pour améliorer les connaissances sur ce mammifère et ainsi mieux le protéger.

 

#opérationhérisson #hérisson #recensement #environnement #fne #biodiversité #protection #faune

Publié par FNE Allier

Le Mercredi 24 mai 2023

https://www.fne-aura.org/actualites/allier/operation-herisson/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez

Avantage réduction d'impôts