Soutenez-nous, faites un don !

— Actualités —

Sécheresse 2022 en Haute-Loire : 7 mois sur 12 de restrictions, le reste d’inquiétudes

Le 15 décembre 2022 prenaient fin les mesures de restrictions vis-à-vis de l'état de sécheresse sur le département de la Haute-Loire. Retour sur cette année de forte inquiétude et de situations graves pour les milieux aquatiques notamment.

Jeudi 22 décembre 2022 Climat Eau

Cette année, les premières inquiétudes sont relevées par la Préfecture le 25 mai où le Préfet prend les premières mesures en plaçant tout le département en vigilance (niveau 1/4) (voir l’arrêté ici).

Le 21 juin, au regard des mesures prises par les autres départements et de l’état des lieux des ressources et des tensions sur l’approvisionnement en eau potable, le Préfet place le département en état d’alerte (niveau 2/4) (voir l’arrêté ici). Le département connait un épisode caniculaire important qui se prolonge jusqu’en août.

Le 27 juillet, l’ensemble du département, hormis le lit mineur de l’Allier (resté au niveau alerte), est placé en état d’alerte renforcée (niveau 3/4). L’arrêté pris intègre malgré tout une mesure d’exception pour autoriser l’arrosage des terrains de sport enherbés de 21h à 22h (voir l’arrêté ici).

Le 8 août, le Préfet place l’ensemble du département en alerte renforcée (voir l’arrêté ici). Le Préfet nous en informe lors du comité départemental de l’eau qui se tient deux jours après, nous indiquant qu’il a dû prendre cette mesure en urgence du fait de la nécessaire mise en conformité demandée par le Préfet coordinateur du bassin de la Loire. En l’état des ressources, le département aurait dû passer en totalité au niveau de crise (sauf pour le secteur du Puy). Les retenues collinaires censées pouvoir approvisionner en eau les cultures, sont alors, en grande partie, vides.

Le 16 septembre, un allègement des restrictions est noté sur les bassins du Haut-Lignon, de la Borne, de la Loire moyenne rive droite et des lits mineurs de l’Allier et de la Loire (passant au niveau alerte, et le reste conservant le niveau alerte renforcée) (voir l’arrêté ici). Lors du comité départemental de l’eau du 13 septembre, le Préfet nous annonce qu’il aurait souhaité lever la vigilance à la mi-septembre mais les conditions météorologiques et l’état des ressources en décideront autrement.

Le 11 octobre, un nouvel allègement des mesures est notifié dans un nouvel arrêté conservant seulement l’Alagnon et la Loire amont en alerte renforcée (le reste conservant le niveau d’alerte) (voir l’arrêté ici).

Le 24 novembre, seuls les bassins du Haut-Lignon, de la Loire et Allier amont, et les lits mineurs de l’Allier et de la Loire sont encore en alerte, le reste étant au niveau vigilance (voir l’arrêté ici).

Et c’est seulement le 15 décembre que plus aucune mesure de restrictions n’est en vigueur sur le département.

C’est-à-dire 7 mois de mesures spécifiques de restrictions liées à la sécheresse dans un département réputé pour ses ressources en eau.

 

Dans un contexte de changement climatique, FNE Haute-Loire a interpelé le Préfet et les interlocuteurs du comité départemental de l’eau régulièrement sur la forte probabilité de revoir ce type d’épisode dans les prochaines années et la nécessité désormais établie qui impose aux autorités départementales de prendre sans délai les mesures structurelles indispensables à la nouvelle donne de la gestion de l’eau.

Comme nous l’avons relevé, ces mesures, qui devront être innovantes et concertées, compte tenus des enjeux climatiques, devront concerner le secteur économique, notamment l’adaptation de la production agricole et la rationalisation de ses besoins en eau, l’approvisionnement en eau potable des usagers, notamment la mise à plat de la situation des réseaux, la sauvegarde de la biodiversité, notamment le respect des cycles naturels aquatiques, la mise à niveau des différents points d’observation et de suivi et leur généralisation sans exception à l’ensemble du territoire.

Il est nécessaire et urgent de penser la gestion de l’eau à moyen et long terme et d’appliquer les priorités en rappelant que selon la loi, la première est la protection des milieux, ensuite l’approvisionnement en eau potable puis les usages économiques. La question des réseaux est également à étudier d’urgence dans la mesure où ils ont été trop délaissés pendant plusieurs décennies, les rendant complètement fuyards.

Un nouvel arrêté cadre Sécheresse devrait voir le jour prochainement, mais nous craignons qu’il n’améliore pas la situation.

Publié par FNE Haute-Loire

Le Jeudi 22 décembre 2022

https://www.fne-aura.org/actualites/haute-loire/secheresse-2022-en-haute-loire-7-mois-sur-12-de-restrictions-le-reste-dinquietudes/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez

Avantage réduction d'impôts