Soutenez-nous, faites un don !

— Actualités —

Portraits de bénévoles : Laura

Laura est bénévole à FNE Isère depuis septembre 2020. Elle fait partie de la Commission Communication où elle écrit des articles sur l’environnement et divers problèmes écologiques pour enrichir le site Internet de l’association. Passionnée de nature et de rédaction, elle a souhaité utiliser son temps libre pour informer les citoyens et les aider à comprendre des sujets complexes qui touchent l’environnement.

Mercredi 28 avril 2021 Vie associative

Profil

Laura est née, il y a 28 ans, sur l’île de la Réunion. Elle y a vécu jusqu’à la fin de sa licence d’allemand, avant d’arriver en métropole pour effectuer un master de Traduction Rédaction. 

C’est en partie grâce à la beauté des paysages de cette île qu’elle a développé sa conscience écologique, souhaitant à tout prix les préserver. 

Au cours de sa vie à la Réunion, Laura a pu voir de nombreux débats écologiques faire surface, tels que la crise d’opinion publique sur les requins : faut-il tuer les requins afin d’éviter qu’ils ne mangent des humains ? Ou encore la gestion des déchets sauvages lors d’une vague de Chikungunya, maladie infectieuse transmise par des moustiques. 

En effet, lors de la vague de Chikungunya, les Réunionnais avaient pour recommandations de ne pas laisser de décharges sauvages dans la nature afin d’éviter des pontes de moustiques dans l’eau stagnante. Pour empêcher cela, la population avait respecté les consignes. L’île était devenue propre grâce à ce changement de comportement. Cependant, lorsque l’épidémie de Chikungunya s’est terminée, la population a repris ses habitudes et de nouvelles décharges sauvages ont refait surface. Cet esprit de « court-terme » des habitants a affecté et marqué Laura, la menant peu à peu à s’engager personnellement pour la protection de l’environnement.

Un parcours professionnel en adéquation avec son bénévolat

De son temps libre, Laura aime cuisiner, lire, randonner et être dans la nature. Elle est aussi passionnée de rédaction : obtenir des informations, chercher à les comprendre et rédiger de manière synthétique, font partie de ce qu’elle aime faire quotidiennement. C’est pourquoi après son master de Traduction Rédaction Laura est devenue rédactrice technique. 

Après avoir fait du bénévolat à l’accueil d’un Repair café, lieu où l’on répare des objets pour prolonger leur utilisation, Laura avait envie d’agir en amont et d’utiliser ses compétences en rédaction pour informer les individus et agir sur les prises de conscience. Un jour, Laura a entendu une émission sur l’éco-anxiété (aussi appelé « angoisse climatique »), avec pour invité Fabrice Nicolino, fondateur de « Nous voulons des coquelicots 1».

Essayant de tout faire bien : éviter les grandes surfaces, se rendre au marché et dans les magasins biologiques, faire au maximum du “zéro déchet” et valorisant la marche à pieds, elle s’est sentie concernée par cette émission. Elle était fatiguée d’essayer de tout faire parfaitement. C’est ainsi qu’elle a recherché ce mouvement sur internet et a été redirigé vers FNE Isère dans le but d’agir localement. S’engager dans la Commission Communication à FNE Isère était donc une manière pour elle de lier ses compétences à l’utile, tout en vivant une expérience enrichissante.

« Je voulais agir en amont, car quand tu fais deux heures de Clean Walking tu as rempli deux sacs poubelles mais ce n’est qu’une goutte d’eau face à la réalité. »

Pour elle, il est important d’agir à son échelle, mais il ne faut pas se mettre la pression quant à son imperfection écologique étant donné que le pouvoir de nuisance des citoyens est moindre par rapport à celui des industriels. « Comme le dit la citation, on n’a pas besoin de quelques personnes qui font tout parfaitement mais de millions de personnes qui essayent, même imparfaitement. »

Mouvement d’appel à la résistance pour l’interdiction de tous les pesticides.

Que faut-il pour s’engager ? 

Dans un domaine avec une vraie expertise comme que l’écologie, qui se trouve être très technique et fait souvent référence au domaine juridique, Laura nous confie qu’elle a trouvé cela difficile à ses débuts à FNE Isère de comprendre les termes techniques relatifs à chaque sujet et de les expliquer plus simplement lors de l’écriture de ses articles. Son conseil est qu’il ne faut pas baisser les bras face au moindre problème rencontré, et il faut réussir à trouver ses marques.

Quant à Laura, elle effectue des recherches sur différentes sources Internet et lors de sujets très spécifiques, elle contacte des experts dans leurs domaines. Le fait d’obtenir de l’aide extérieure lui permet de trier les informations et de vulgariser des sujets concrets dans ses articles, pour permettre la compréhension de tous. 

Ainsi, pour s’engager, elle considère qu’il suffit d’être sérieux et régulier. « L’argent est le nerf de la guerre mais les associations quant à elles fonctionnent avec les bénévoles » : le désir de s’impliquer pour une cause qui nous tient à cœur est le plus important, et il faut s’y tenir. 

Publié par FNE Isère

Le Mercredi 28 avril 2021

https://www.fne-aura.org/actualites/isere/portraits-de-benevoles-laura/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts