— Actualités —

Une montagne de déchets

Ultime aboutissement de notre société d’hyperconsommation, les déchets ont envahi notre quotidien. Comment tente-t-on de les juguler… On fait le point ?

Une montagne… Utilisée en entame des animations scolaires sur la thématique déchets, cette métaphore permet aux enfants de se représenter la quantité de déchets produite chaque année dans notre pays : 345 millions de tonnes en 2012. Et si l’on les disposait en un seul et même lieu, le tas obtenu atteindrait la hauteur… du Mont Blanc. Vertigineux, non ?

Tout part de notre poubelle. Petite ou grande, l’endroit où l’on va la déposer va fortement impacter notre bilan environnemental… Dans un bac roulant ? Ce mode de collecte largement plébiscité en France constitue la solution de facilité par excellence. Aussitôt jeté, aussitôt collecté : avec ce système, rien n’incite l’usager à trier ou réduire ses déchets.

C’est ainsi que fleurissent les conteneurs semi-enterrés de grand volume (CSE), basés sur l’apport volontaire des usagers. En Maurienne, les premiers furent installés à la Toussuire en 2004 avant d’envahir les autres stations et le bas de vallée. Avantage du dispositif : «Couplés à une communication sur le tri des emballages, à du porte-à-porte et au développement des composteurs, les CSE présentent en un seul et même lieu trois flux de déchets (ordures ménagères, emballages et verre) et incitent à la réduction des ordures ménagères», témoigne Pierrick Bardin, Directeur Technique du SIRTOM de Maurienne. Entre 2005 et 2016, leur tonnage global est ainsi passé de 17 700 tonnes à 14 982 tonnes sur le territoire…

A la Communauté de Communes de Yenne, les conteneurs à OM s’ouvrent automatiquement lorsque l’usager présente sa carte nominative. Cette redevance incitative comporte une part fixe, identique pour tous, et une part variable, dépendant du nombre d’ouvertures de bac sur l’année et facturée 75 centimes l’unité. Le territoire est ainsi passé de 1 400 à 500 tonnes d’OM collectées en une année. Une belle performance qui comporte évidemment des points faibles : « Certains usagers sont prêts à faire un détour en voiture de plusieurs kilomètres pour déposer leur poubelle dans un conteneur hors secteur, voire de la déposer par terre à coté des bacs, afin d’éviter d’en payer l’ouverture», témoigne Hervé Pichon. Quant aux bacs de collecte sélective, ils ont vu leur « taux de refus de tri » grimper en flèche, les usagers respectant moins les consignes afin d’alléger leur poubelle…

Composteurs individuels et tri des déchets

Autre levier de réduction des déchets : le développement des composteurs individuels et des sites de compostages collectifs. 40 % du contenu de notre poubelle est constitué de matières organiques, qui ont l’avantage de se dégrader naturellement, tout en produisant le fameux compost… Depuis 2005, le Grand Chambéry a ainsi mis en place 75 sites de compostage collectif et l’on estime à une tonne en moyenne le poids de déchets fermentescibles récupérés annuellement sur chaque site, « avec des pics à 4 tonnes sur ceux qui fonctionnent vraiment bien», estime Pierre Najo, responsable biodéchets au Grand Chambéry.

Autre acteur majeur de la réduction des déchets, le tri des emballages et du verre semble quant à lui intégré par une large partie de la population puisque 60% des déchets sont recyclés au niveau national. Mais des efforts restent à faire sur l’appropriation, par les usagers, des bonnes consignes, afin d’éviter les refus de tri en centre de valorisation, dont les taux oscillent entre 7 et 24 %. A noter également qu’on ne trie en France que 20% du plastique. Le ministère de la transition écologique vise un objectif de 100% de plastique recyclé d’ici 2025, grâce à un élargissement des consignes de tri. Utopiste ? L’avenir nous le dira.

Mais comme le dit l’adage : le meilleur déchet reste celui que l’on ne produit pas. Et à ce titre, des solutions existent : achat local, de saison, en vrac dans des sacs en tissu, en Tupperwares chez les commerçants, penser location, échange, troc, achat d’occasion… Autant de pratiques alternatives qui contribuent à réduire drastiquement nos déchets, à l’instar de la famille (presque) Zéro Déchet, qui a réussi à diminuer de 95 % sa production d’ordures ménagères en une année. Leur poubelle – annuelle – tient dans un simple bocal en verre et ne pèse pas plus d’un kilo. Chapeau !

Florence VIRETTI

 

Crédit photos : Florence Viretti

Publié par FNE Savoie

https://www.fne-aura.org/actualites/savoie/une-montagne-de-dechets/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Faites un don

Avantage réduction d'impôts