— Nos avis —

Implantation d’un parc éolien sur la commune de « Le Bouchaud » (03)

Demande d’autorisation environnementale

Mercredi 13 décembre 2023 Air Biodiversité Eau Énergie

L’enquête publique porte sur le projet présenté par la SAS Eoliennes de « Le Bouchaud », en vue d’obtenir de la préfète de l’Allier, l’autorisation environnementale pour l’implantation d’un parc éolien sur le territoire de la commune de LE BOUCHAUD.

France Nature Environnement Allier est une association agréée de protection de l’environnement. A ce titre, nous sommes très attentifs aux projets qui pourraient porter atteinte à l’environnement.

Nous avons pris connaissance du projet porté par la SAS Eoliennes de la Bouchaud qui consiste en l’implantation de 3 aérogénérateurs sur le territoire de la commune. L’environnement du projet se compose de prairies, de haies bocagères denses et d’arbres isolés, comme le rappelle la mission régionale d’autorité environnementale (MRAE) dans son avis. La question du développement des EnR est un sujet sur lequel nous portons une attention particulière. En effet, il est impératif de réduire notre empreinte et ceci ne peut pas se faire sans revoir nos modes de consommation et de production. Toutefois le développement des EnR ne doit pas de faire à n’importe quel prix et sans une réflexion globale (artificialisation des sols, destruction de milieux, rupture paysagère et impact sur le cadre de vie, …)

En l’espèce, ce projet appelle plusieurs remarques.

On peut retenir qu’au niveau de la zone d’étude, de nombreux milieux naturels sont relevés avec des espèces faunistiques et floristiques riches dont des espèces à valeur patrimoniale. Le pétitionnaire mentionne le fait que la zone d’implantation des éoliennes est à très faible enjeu puisque cultivée. Or, le dossier n’apporte pas suffisamment d’éléments argumentés sur l’absence d’incidences résiduelles du projet sur les espèces protégées. Au vu du contexte et de la présence d’espèces protégées, une procédure de demande de dérogation à l’interdiction de destruction d’individus et d’habitats d’espèces protégés devrait être réalisée. L’argumentaire sur l’évitement des zones à enjeux forts ne signifie pas qu’il n’y aura pas d’effets sur la faune notamment eu égard aux déplacements de celle-ci notamment pour les chiroptères.

Par ailleurs, le pétitionnaire ne développe son argumentaire qu’au vu des espèces protégées. Qu’en est-il des autres ? A l’heure où la perte et la disparition de la biodiversité ne cesse d’être constatée, peut-on se résoudre à n’évoquer que les seules espèces dont la situation est déjà critique ? Des milieux naturels à enjeux vont être impactés dont des milieux humides. Quid des impacts cumulés ? L’argument de la compensation ne suffit pas. Qu’en est-il de l’impact sur les interconnexions entre les milieux ?

S’agissant de la disparition de la zone humide de 1.5 ha, celle-ci serait compensée par la préservation et la restauration d’une zone de 4 ha. Or, d’une part, on ne peut pas compenser une destruction, ce qui est perdu l’est définitivement, l’argument de la compensation étant par lui-même un non-sens. D’autre part, en l’espèce, il ne semble pas s’agir d’une véritable compensation mais d’une restauration d’un espace existant. Mathématiquement, au total, nous avons donc bien une perte. Le pétitionnaire évoque le fait qu’il s’agit d’une zone humide fonctionnelle uniquement. Or, la question de la fonctionnalité des écosystèmes entre eux n’est pas traitée. Le fait qu’il ne puisse pas y avoir de développement d’espèces ne signifie pas que cette zone ne joue pas son rôle. Il est impératif, dans un contexte de crise sur la ressource en eau, d’être attentif aux impacts générés sur les milieux. La question de la rupture entre les milieux se pose.

On peut également relever que l’argumentation sur des solutions alternatives demeure peu développée comme souvent dans de nombreux projets EnR. On peut aussi s’interroger sur l’absence de visibilité sur l’ensemble des projets EnR sur le territoire proche. Il est donc difficile d’appréhender les impacts globaux. Le département de l’Allier est confronté à une multiplication de demandes de projets EnR (éoliens, photovoltaïques, agrivoltaïques) sans que l’on puisse avoir une vision globale de ces développements. Qu’en est-il, de façon plus détaillée et argumentée des impacts résiduels et des effets cumulés sur la biodiversité, les paysages, le cadre de vie ? Le dossier ne permet pas de mesurer cet état.

Veut-on faire du département de l’Allier une terre stérile pourvue qu’en projets EnR au détriment de son patrimoine tant naturel que bâti ?

Pour ces raisons, et en l’absence de visibilité globale au niveau départemental, FNE Allier ne peut pas être favorable à ce projet tant que certains points n’auront pas été approfondis. Un dossier de demande de dérogation à la destruction d’individus et d’habitats d’espèces protégées doit être exigé.

Je vous prie de croire, Monsieur le Commissaire-Enquêteur, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Publié par FNE Allier

Le Mercredi 13 décembre 2023

https://www.fne-aura.org/nos-avis/allier/implantation-dun-parc-eolien-sur-la-commune-de-le-bouchaud-03/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez

Avantage réduction d'impôts