Soutenez-nous, faites un don !

— Actualités —

Deux nouvelles associations membres de FNE Isère

En 2020, deux nouvelles associations ont rejoint FNE Isère. Découvrez les actions de Sortir du Nucléaire Isère (SdN38) et le Collectif Grand Albert.

Lundi 01 février 2021 Vie associative

Sortir du Nucléaire Isère (SdN38)

Créé en 2009, l’association, qui compte une trentaine d’adhérent·es, a pour missions principales d’informer le grand public sur les dangers du nucléaire et sur ses alternatives écologiques, de lutter contre ses impacts environnementaux et sanitaires, mais aussi d’œuvrer à la sortie du nucléaire.

Suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, Sortir du Nucléaire Isère a organisé plusieurs manifestations, dont une de plus de 2000 personnes à Grenoble, plusieurs chaines humaines et la grande chaine humaine de 60 000 personnes le long du Rhône Lyon-Avignon en 2012.

En 2016, grâce à leur association, 20 artistes sont venus présenter 100 œuvres dans une exposition à l’ancien Musée de peinture “Tchernobyl, Fukushima …” . Pendant 2 ans, « Sortir du Nucléaire Isère » a aussi  accueilli, avec l’association franco-japonaise “Nos voisins lointains 3.11”, des mères de famille réfugiées de Fukushima.

Consciente des menaces d’accident nucléaire majeur, que l’Autorité de Sureté Nucléaire reconnait désormais comme possible, et persuadée que le nucléaire représente aussi bien une arme de destruction massive qu’une fausse solution au réchauffement climatique, l’association juge cette industrie trop dangereuse, trop couteuse, trop lente à se développer et non résiliente face aux crises. Elle a ainsi participé au mouvement Alternatiba et aux Marches pour le climat.

Conférences-débats, films, stands, tracts, actions ronds-points à Grenoble ou en Nord Isère sont autant de moyens de sensibilisation du grand public.

Sortir du Nucléaire Isère milite également pour l’arrêt immédiat, c’est-à-dire la non prolongation à 50 ans, de 4 vieux réacteurs du Bugey (plus de 40 ans, les plus anciens de France, à 70 km de Grenoble, mais à 20 km de Bourgoin-Jallieu et à 32 km du centre de Lyon), et pour qu’ils ne soient pas remplacés par 2 nouveaux EPR, comme le souhaite EDF.

L’association est soutenue dans ce projet par 200 personnalités de la région, dont les maires de Grenoble et Genève, ayant signé en 2017 une Lettre ouverte pour la mise à l’arrêt définitif des réacteurs nucléaires du Bugey, ainsi que par Naoto Kan, ancien Premier ministre du Japon en 2011.

Une grande action est en cours d’organisation au niveau régional pour l’automne prochain, mais d’ores et déjà, une nouvelle action rond-point est prévue à Bourgoin-Jallieu le 13 mars 2021. Les Isérois sont invités y participer.

Collectif Grand Albert

En Auvergne-Rhône-Alpes, à mi-distance (65 km) entre Lyon et Grenoble, les étangs du Grand Albert et du Petit Coquet sont situés dans le massif de Bonnevaux, sur la commune d’Arzay, en Isère.

Le Grand Albert est le plus grand étang forestier de l’Isère. Il est remarquable sur le plan paysager, environnemental et historique. Depuis la rupture de sa digue en 2008, il est l’objet d’un projet de création d’une zone humide protégée de 17 hectares à forte valeur environnementale par sa remise en eau et sa gestion dans un objectif prioritaire de préservation de la biodiversité.

Ce projet concerne également la préservation d’un autre petit étang tout proche, le Petit Coquet, qui est un joyau en matière de biodiversité, notamment en ce qui concerne les odonates. C’est l’unique étang du département de l’Isère et de la région AURA où ont été observées trois espèces rares et protégées de libellules : les leucorrhines à gros thorax (L. pectoralis), les leucorrhines à front blanc (L. albifrons) et à large queue (L. caudalis).

En 2008, faute d’entretien,  la digue du Grand Albert rompt, ce qui a pour conséquence d’assécher de la zone humide. Décision est alors prise de réhabiliter l’étang et le site alors laissé à l’abandon. C’est ainsi que naît, en 2017, le Collectif Grand Albert dont l’objectif est de redonner vie au site tout en s’inscrivant dans une démarche écologique, avec l’aide de la SCI Réserve Naturelle du Grand Albert, propriétaire du site et la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO Aura), gestionnaire du site.

Par la signature avec la SCI propriétaire, d’une convention d’obligation réelle environnementale (ORE), la LPO AURA s’est vue confier la maîtrise foncière et d’usage du site pour une durée de 99 ans.

Etang du Petit Coquet

Dans l’attente de la réalisation de ce projet, l’association, véritable relai local, organise des activités pédagogiques sur le site, en lien avec les caractéristiques de cet espace naturel, et assure l’entretien du pourtour de l’étang.

Chantiers, dépollution, sorties découvertes, ateliers fabrication de nichoirs et observation de la faune locale sont autant d’activités mises en place par l’association.

Parmi ses adhérents, le collectif compte trois associations de protection de la nature avec lesquelles les bénévoles du Grand Albert sont régulièrement en lien : l’association Bièvre Liers Environnement, basée à La Côte-Saint-André (38), et l’association Le Pic Vert (38), basée à Réaumont et l’association Nature Vivante, basée à Pont-Evêque (38).

L’association Collectif Grand Albert est une association reconnue d’intérêt général au titre de la protection de l’environnement.

Publié par FNE Isère

Le Lundi 01 février 2021

https://www.fne-aura.org/actualites/isere/deux-nouvelles-associations-membres-de-fne-isere/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts