— Communiqués —

Durant le confinement : la chasse continue !

Fallait-il s’attendre à autre chose dans un pays où le lobby des chasseurs bénéficie de privilèges exorbitants et où le président de la fédération nationale des chasseurs se vante de tutoyer le président de la République et de posséder son « 06 » ?

Mardi 03 novembre 2020 Biodiversité

100 % des français non-chasseurs sont confinés, plus de 200 000 commerces sont obligés de fermer, tous les « loisirs » sont réduits à la portion congrue (1 heure par jour et pas plus d’un km…) ; toutes ces contraintes, ces restrictions de liberté, ces catastrophes économiques ne doivent pas toucher les chasseurs qui vont pouvoir continuer à chasser et à piéger…

Un mois sans tirer un coup de fusil sur le « gibier », sans piéger un « nuisible » ; un mois de répit pour la faune sauvage, un mois sans risquer de tuer ou blesser un promeneur… C’était trop.

Les 66 millions de citoyens français privés de liberté pour raison sanitaire doivent savoir que les 1 million de chasseurs ne sont pas concernés car ils exercent un loisir « d’intérêt général » (sic).

En France, grâce à une multitude de dérogations, on peut chasser et piéger 11 mois sur 12. Priver les chasseurs et piégeurs d’un mois de chasse ou de piégeage est, selon les termes de la secrétaire d’État chargée de la biodiversité, exposer l’agriculture et la forêt à des dégâts insupportables (Communiqué de presse du 1er novembre 2020). Cette remarque est d’autant plus cocasse qu’en novembre les récoltes ont déjà eu lieu.

Et si les chasseurs mettent en avant le fait que « ce sont eux qui paient les dégâts de gibier», ils oublient toujours de préciser deux détails : 1/ le budget de la chasse française n’est pas alimenté par des cotisations volontaires mais par des fonds à caractère public et pérenne dont le mécanisme très avantageux est fixé par la Loi et 2/ la valeur du « gibier » qu’ils prélèvent à leur profit sur le patrimoine naturel commun, représente en euros, plusieurs dizaine de fois les indemnités versées aux agriculteurs victimes de dégâts dus au « gibier ». En clair la chasse « rapporte » aux chasseurs beaucoup plus qu’elle ne « coûte »

En cette période exceptionnellement difficile, où chaque citoyen est soumis à de très fortes contraintes sociales et économiques, notre pays a besoin d’unité, de solidarité et d’apaisement. Le clientélisme politique qui s’exprime, encore une fois, à travers l’exception cynégétique française, avantage, divise et exaspère ; et pour la très grande majorité de français : « ça commence à bien faire »…

Contact presse : Roger MATHIEU 06 30 12 20 52

Publié par FNE Auvergne Rhône Alpes

Le Mardi 03 novembre 2020

https://www.fne-aura.org/communiques/region/durant-le-confinement-la-chasse-continue/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts