Soutenez-nous, faites un don !

— L'essentiel —

Les 24h Naturalistes de l’Ain

On ne protège bien, ce que l'on connait bien. Partant de ce constat FNE Ain (anciennement FRAPNA) organisait, en 2006, l'opération « 24h Naturalistes » pour la première fois dans le département. Depuis, chaque année, FNE Ain a reproduit l’événement dans une commune différente du département de l'Ain, contribuant ainsi à l'amélioration des connaissances.

Ce projet a beaucoup évolué au fil des années et a permis, en 16 ans, de couvrir des milieux naturels très différents. Des pelouses sèches du Revermont aux prairies humides de la Bresse, en passant par les prairies inondables du Val de Saône.

  • Evosges en 2006
  • Montrevel en 2007
  • Le Poizat en 2008
  • Pirajoux en 2009
  • Chanay en 2010
  • Pizay en 2011
  • Bourg-en-Bresse en 2013
  • Val de Saône en 2014
  • Revermont en 2015
  • Bas Bugey (marais de Lavours et environ) en 2016
  • Haut Jura en 2017 avec le PNR du Haut-Jura
  • Plaine de l’Ain en 2018
  • Bresse et Dombes en 2019
  • Petite pause COVID en 2020 et 2021
  • Ambronay et alentours en 2022

Quelle sera notre destination pour 2023 ?

L’objectif du projet

Chaque inventaire des 24h Naturalistes nous permet :

  • D’améliorer la connaissance de la biodiversité sur un site à enjeux, insuffisamment inventorié ou complètement méconnu. Ce secteur peut concerner plusieurs communes du département, voir même des départements limitrophes.
  • De faire se rencontrer et échanger des naturaliste, confirmé.e.s comme débutant.e.s, de disciplines et de structures diverses (associatives, collectivités, établissements publics, universités…)
  • De porter à la connaissance des habitant.e.s de la (ou des) commune(s) prospectée(s), les richesses inventoriées.

Un projet en constante évolution

A partir de 2014 …

L’événement évolue vers une participation plus importante du grand public (160 personnes). De nombreuses activités sont proposées et les partenaires locaux s’impliquent plus fortement. Ainsi, en 2014, ce sont pas moins de 9 partenaires qui se sont mobilisés pour l’organisation de cet évènement. 45 naturalistes ont parcouru des milieux allant des prairies jusqu’aux plans d’eau pour les plus téméraires ne craignant pas le pédalo ou le kayak comme moyen de locomotion.

2014

Les 24h Naturalistes se sont déroulées à cheval sur 3 départements, la Saône, le Jura et l’Ain. Cette situation fait du territoire choisi une zone peu prospectée, et donc d’autant plus importante dans le cadre de l’action. La trentaine de naturalistes s’est répartie sur 12 communes. Ils ont ainsi abouti à l’acquisition de 536 données nouvelles (173 espèces de faune et 158 espèces de flore). L’apéro-philo du samedi soir a permis aux naturalistes et au grand public de se mêler et de débattre ensemble de l’environnement en général et de la nature en particulier… Deux autres animations à destination du grand public (découverte des pelouses sèches et comptage de nids d’hirondelles) ont été proposées. Enfin, la réalisation d’un film  24h Naturalistes a également permis de valoriser pleinement le travail accompli par tous pendant cet événement.

2016

Les 24h Naturalistes concernaient cinq communes autour du marais de Lavours, et 11 secteurs ont fait l’objet de prospections. L’évènement a rassemblé 32 naturalistes qui ont pu couvrir des domaines variés : flore (296 taxons observés), lichens (28 taxons), oiseaux (71 espèces), chiroptères  (5  espèces),  mammifères  (9  espèces),  reptiles  (3  espèces),  amphibiens (5  espèces),odonates (22 espèces), rhopalocères (36 espèces), hétérocères (58 espèces), orthoptères (7 espèces), arachnides (20 espèces)…

Les animations grand public ont rassemblé une centaine de participants. Par exemple, autour de thématiques telles qu’un atelier « pelotes de réjection » animé par la LPO. Mais également une balade contée par la maison du marais, une formation sur les papillons de jour par la FRAPNA…

2017

Les 24h Naturalistes connaissent un vif succès en rassemblant une cinquantaine de naturalistes de deux régions, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté. Les inventaires se sont déroulés sur deux départements, l’Ain et le Jura, au cœur du territoire du Parc Naturel Régional du Haut-Jura. Les nombreuses acquisitions de données ont alimenté les bases de données du PNRHJ et contribueront au diagnostic biodiversité du territoire. Les observations représentent 240 espèces d’animaux pour l’Ain et au moins 193 espèces pour le Jura. 308 espèces végétales ont été observées dans l’Ain, les lichens représentent 31 taxons pour l’Ain et 17 pour le Jura. Une animation grand public sur les papillons de jour sur un site du réseau Natura 2000 a eu lieu sur ce site en parallèle.

2018

Les naturalistes se donnent rendez-vous à Chazey-sur-Ain, dans les locaux de la Communauté de Communes de la Plaine de l’Ain. Les inventaires se déroulent sur la commune et les communes alentours. Les milieux de la Plaine de l’Ain sont assez variés mais aussi parfois étonnants ! Des berges de l’Ain en passant par les brotteaux à la recherche du castor et de la loutre, nous passons aux pelouses du Parc Industriel et ses ascalaphes. La vingtaine de naturalistes présents réalise 1745 observations pour au moins 590 espèces animales et végtales observées.

2019

Entre Bresse et Dombes, entre soleil et averses, les naturalistes se rejoignent sur la commune de Buellas pour prospecter les alentours. Ce territoire aux multiples facettes révèlera de nombreuses espèces animales et végétales. Les étangs offrent de belles observations d’oiseaux, libellules, amphibiens et également de belles surprises comme la Marsilée à quatre feuilles, fougère aquatique protégée. Les milieux bocagers abritent divers reptiles, plantes, mammifères, etc.
Les mammifères volants sont aussi aux rendez-vous ! Une capture de chauve-souris est organisée par les spécialistes du Groupe Chiroptère de l’Ain.

2022

C’est la commune d’Ambronay qui nous accueille au sein de son Abbaye ! Pas besoin d’aller très loin pour débuter les inventaires car le clocher de l’abbaye nous révèle un premier secret : la présence d’une colonie d’une cinquantaine de petits rhinolophes, espèce de chauve-souris protégée. Plus de 70 naturalistes se sont répartis sur les 11 communes de prospection. Les secteurs proposés en Basse Vallée de l’Ain sont composés d’un large panel d’habitats allant des zones agricoles à des pelouses ou zones humides offrant une diversité faunistique et floristique importante. 3 325 observations ont été réalisées pour 965 espèces (19 taxons) animales et végétales.

 

 

Publié par FNE Ain

https://www.fne-aura.org/essentiel/ain/les-24h-naturalistes-de-lain/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts