— Nos actions —

Urbanisation et consommation de l’espace

Parmi les missions de FNE Haute-Savoie, découvrez le rôle qui est joué par l'association sur la thématique de l'urbanisation en Haute-Savoie.

La Haute-Savoie gagne plus de 10000 habitants par an, ce qui en fait le premier département de métropole pour en terme de croissance démographique annuelle ! Cela génère une forte poussée de l’urbanisation qui s’est traduite par une augmentation des espaces artificialisés de 2200 hectares au cours des dix dernières années.

Cette urbanisation, dans notre département, se fait pour l’essentiel au détriment des espaces agricoles. Mais elle peut également porter atteinte à certains espaces naturels de grande qualité environnementale : zones humides ou zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), et surtout, elle vient menacer les continuités écologiques indispensables au maintien de la biodiversité.

Certes, le rythme de consommation des espaces agricoles et naturels en Haute-Savoie est en nette décroissance : on est passé de 450 hectares en moyenne annuelle dans les années 2000 à environ 200 hectares aujourd’hui. Cette évolution positive s’explique par un certain nombre de dispositions législatives récentes, par une prise de conscience et une volonté politique manifeste de nombreux élus, mais aussi par la coût du foncier.

La situation demeure insuffisante, si l’on veut prendre l’exacte mesure des enjeux.

En effet, le mouvement d’artificialisation des sols fait peser de lourdes menaces sur le bien-être actuel des populations et plus encore sur l’avenir des générations futures.

  • A l’échelle nationale, il réduit irrémédiablement notre capacité de production agricole, ce qui fragilise notre souveraineté alimentaire.
  • Il renforce les phénomènes de spéculation et rétention foncière rendant plus difficile l’accès à la terre pour les paysans.
  • Il a aussi de graves conséquences écologiques en entraînant l‘imperméabilisation des sols, ce qui renforce les phénomènes d’inondations et rend plus difficile le renouvellement des nappes phréatiques.
  • Il contribue, par ailleurs, au réchauffement des sols, ce qui a un impact négatif sur la température globale de la planète.
  • Le mouvement d’artificialisation des sols favorise, de plus, l’étalement urbain et accroît par voie de conséquence la circulation des véhicules particuliers, générant pollutions et gaz à effet de serre.
  • Il entraîne enfin le rétrécissement des niches écologiques et accélère le phénomène de réduction de la biodiversité.

A l’évidence, un changement de braquet s’impose et il est indispensable de passer à la vitesse supérieure en matière de modération de consommation des espaces et de limitation de pression sur les milieux. C’est l’un des grands combats que mène aujourd’hui France Nature Environnement Haute-Savoie, en prenant appui sur les associations territoriales qu’elle fédère.

C’est aussi ce qui fonde les prises de position de son représentant au sein de la Commission départementale de la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers – CDPENAF, à l’occasion de l’examen des documents d’urbanisme en cours d’élaboration ou de révision : schémas de cohérence territoriale – SCoT ; plans locaux d’urbanisme – PLU et PLUi.

France Nature Environnement défend une vie urbaine de proximité et un habitat plus dense, de qualité, à l’intérieur duquel la nature puisse trouver sa juste place. Pour stopper le grignotage des espaces agricoles et naturels, FNE porte un objectif au plan national de “zéro artificialisation nette” des territoires d’ici 2025, ce qui signifie que pour tout espace artificialisé, un autre doit être rendu à la nature ou à l’agriculture. Pour FNE, il est nécessaire de privilégier le renouvellement des agglomérations et des zones aménagées existantes. Cela commence par la réhabilitation des centres (villes, quartiers, bourgs, villages), la restructuration des couronnes, la reconversion des friches « urbaines », et plus généralement le recyclage de l’habitat et du bâti vacant.

Pour nous, l’urbanisation et la politique d’aménagement des collectivités territoriales doivent s’inscrire dans des projets de territoire, à des échelles de proximité et de bassin de vie. Nous considérons essentiel le fait que les habitants et acteurs du territoire puissent s’approprier ces projets : cela passe par de la sensibilisation, de la consultation, de la concertation et pourquoi pas de la co-construction. C’est la clé de projets viables et durables pour nos territoires, en Haute-Savoie comme partout en France.

Publié par FNE Haute-Savoie

Le Jeudi 07 mars 2019

https://www.fne-aura.org/actions/haute-savoie/urbanisation-et-consommation-de-lespace/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Faites un don

Avantage réduction d'impôts