Soutenez-nous, faites un don !

— Actualités —

Centre commercial Open : des tonnes de béton sur un espace naturel

Depuis 2006, Hubert Bertrand, maire de Saint-Genis-Pouilly essaie d’implanter un centre commercial sur une zone classée au préalable zone humide à Saint-Genis-Pouilly. En 2012 , la société IF-Allondon détenue par Antoine Frey (promoteur immobilier de centres commerciaux) s’allie au maire pour construire un shopping promenade. Il souhaite y investir 150 millions d’euros. Si notre première préoccupation se réfère à l’environnement, notre seconde est liée à ce type de structure.

Lundi 15 mars 2021 Villes et territoires

Comment justifier un tel projet lorsque l’offre commerciale est déjà abondante ?

  • À 4 km : Centre commercial de Meyrin côté Suisse (40 commerces)
  • A 5 km : Val Thoiry : 33 671 m2 (projet d’agrandissement)
  • À 6 km : Espace Candide à Ferney-Voltaire :11 000 m2
  • À 7 km : Carrefour à Segny : 28 950 m2 (projet d’agrandissement)
  • À 8 km : Projet de création d’un centre commercial géant à Ferney-Voltaire : 63 000 m2
  • À 10 km : Balexert, Vernier côté Suisse : 50 000 m2 (120 enseignes)

Soit plus de 200.000 m2 de surfaces commerciales sans compter le projet Open.  Or le chiffre d’affaires de ces centres commerciaux stagne depuis plusieurs années et commence globalement à être en recul.

Le pays de Gex est la région de France qui détient le plus de centres de ce type par habitant. Selon le journal les Echos du 12 mars 2018 :« la société Frey considère que la zone de chalandise de son projet Open, à Saint-Genis-Pouilly, qu’elle évalue à 530.000 habitants, est « l’une des plus qualitatives de France ». Il fait référence aux Français qui travaillent en Suisse, mieux payés à emploi équivalent, et aux Suisses qui viennent faire leurs courses pour moins cher en France ».  Cela fait rêver tous les promoteurs immobiliers de la région voire même de toute l’Europe

Pour légitimer ce projet, il est annoncé que le centre commercial Open pourvoira 500 emplois. Ce genre de promesses pose question quand on sait que les autres surfaces commerciales n’arrivent pas à recruter de vendeurs. Il y a aujourd’hui 151 postes de vendeurs à pourvoir à Saint-Genis et dans un rayon de 20 kms. (Site de pôle emploi). De plus les emplois pourvus se feront au détriment de ceux qui existent dans d’autres magasins. Les employés quitteront leur boutique pour venir travailler à Open. Ce n’est donc pas une création d’emploi, mais plutôt un déplacement d’emploi.

Étant donné que les centres commerciaux sont en perte de vitesse, une nouvelle formule est proposée :  ce centre sera non seulement un centre commercial, mais aussi un centre de loisirs et de services. Il proposera même aux associations de s’y implanter. Une surface de 100m2 leur sera dédiée. Un centre médical y ouvrira ses portes.

Nous avons des espaces de loisirs à Saint-Genis (mur d’escalade, city park) et une maison médicale !

Quel est donc le but de ce projet ? Fermer le centre-ville ?

Les commerçants y sont hostiles bien évidemment. Ils seront les premières victimes de ce Retail Park.

Frey a essayé de les acheter en leur proposant 30 000 euros, mais ils n’ont pas été dupes, ils y perdraient beaucoup si ce centre venait à être construit.

Le but d’Open est tout simplement de générer de l’argent facilement.

La vente du foncier rapportera un peu plus de 12 millions d’euros à la mairie et cette somme lui permettra donc de financer d’autres projets encore plus ubuesques.

Quant à Frey, ce type de promenade shopping est une formule véritablement lucrative et il en fait son commerce ! En général les loyers rapportent au bailleur 2000€ du m2 par an. Je vous laisse faire les comptes.

La société If-Allondon se targue de vouloir attirer la clientèle suisse. Cela va induire une augmentation notoire de la circulation (déjà difficile) de la frontière jusqu’à la zone de l’Allondon, [12 000 voitures attendues le samedi, 9 000 de plus par jour pendant la semaine selon le rapport du commissaire enquêteur du 3 novembre 2017], dont beaucoup venant de la Suisse. Il va falloir trouver des solutions pour faciliter les allées et venues des clients.

Des navettes électriques et des routes élargies

Après avoir reçu un avis défavorable de la part de la CAPG (communauté d’agglomération du pays de Gex), de la CDAC (commission départementale d’aménagement commercial), le projet Open a reçu finalement un avis favorable de la CNAC (commission nationale d’aménagement commercial) car la Société If-Allondon a promis de mettre en place des navettes électriques qui relieraient la Suisse au site. Elle s’est aussi engagée à prendre en charge des travaux sur les routes entourant le centre.

Seulement le 8 octobre 2020, la Cour d’appel administrative de Lyon a pour des raisons administratives, interdit à Frey de financer les navettes et les routes.

La question est la suivante : si les navettes ne voient pas le jour et si les routes ne sont pas élargies, cela ne mettrait-il pas en porte à faux l’avis de la CNAC ?

Nous pensons que ce projet n’a rien à faire dans le pays de Gex où l’offre commerciale est déjà abondante, qu’il est d’une autre époque et déraisonnable compte tenu de l’impact environnemental et de l’inadéquation avec nos nouveaux modes de consommation.

Stop au projet Open.

Pour toutes ces raisons, FNE souhaite agir en justice pour empêcher la destruction de cet espace naturel sous les tonnes de béton du projet de centre commercial “Open”.

Pour soutenir cette action, faites un don en cliquant ici.

Publié par FNE Ain

Le Lundi 15 mars 2021

https://www.fne-aura.org/actualites/ain/centre-commercial-open-des-tonnes-de-beton-sur-un-espace-naturel/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts