— Actualités —

Consultation sur période supplémentaire de deterrage du blaireau

Un AP en cours de consultation définit que le Blaireau classé « espèce gibier » au niveau National et pourtant protégé peut être déterré de juillet à septembre 2024, avec une période complémentaire du 15 mai au 30 juin 2025, à l'époque des petits. Le déterrage ou vénerie sous terre ne devrait plus exister !!

Mardi 04 juin 2024 Biodiversité Juridique

Bien que « protégé » par la Convention de Berne, le Blaireau est classé « espèce gibier » au niveau National. Dans ce cadre, il peut être chassé, piégé et déterré de début septembre (ouverture générale de la chasse) jusqu’au 15 janvier.

En outre, chaque Préfet a le pouvoir, après avis de la CDCFS, d’autoriser, par Arrêté Préfectoral (AP), la chasse, le piégeage et le déterrage du blaireau lors d’une période complémentaire entre le 15 mai et début septembre.

L’année cynégétique débutant au 1er juillet, les Préfets des quatre départements Auvergnats ont pris l’habitude de signer, en juin, un Arrêté pour la période du 1er juillet à début septembre de l’année en cours et la période du 15 mai au 30 juin de l’année suivante.

L’instruction de nos nombreux recours déposés depuis 2021 contre les périodes complémentaires de vénerie du blaireau est en cours devant plusieurs tribunaux administratifs de notre région.

En 2022, FNE Aura, FNE63, FNE03, la LPO AuRA et One Voice ont contesté l’AP des quatre départements Auvergnats qui autorisent la vénerie sous terre du 1er juillet 2022 au 15 janvier 2023

2023 : Les arrêtés pris en 2022 dans le Puy-de-Dôme et l’Allier ont été annulés etc….

2024 : c’est la consultation sur l’AP !!

…..de la part de Pierre Rigaud, à propos de l’ouverture d’une période complémentaire de la vénerie sous terre du blaireau

Ci-joint une lettre-type. Pour info, les chasseurs communiquent aussi…

Cette lettre n’est pas à utiliser telle que : c’est un exemple de façon à énoncer les principaux arguments, mais on est bien d’accord, il est préférable que chacun(e) rédige un courrier différent, en choisissant les arguments qui lui correspondent le plus.

Fin de la consultation = 13 juin

Possibilité de courrier au préfet (cf lettre type) ou de dépôt sur un site dédié à la préfecture =

https://www.puy-de-dome.gouv.fr/Actions-de-l-Etat/Environnement-eau-prevention-des-risques-energie/La-chasse/Les-consultations-du-public/Information-du-public-ouverture-d-une-periode-complementaire-de-la-venerie-sous-terre-du-blaireau

Lettre type

Objet :AVIS DEFAVORABLE projet d’Arrêté Préfectoral
ouverture / fermeture chasse au blaireau
Monsieur le Préfet,

Dans le cadre de la consultation du public concernant le projet d’Arrêté Préfectoral fixant les dates d’ouverture et de clôture de la chasse de l’espèce blaireau pour la campagne 2024/2025 dans le département du Puy-de-Dôme, j’émets un avis défavorable pour les raisons suivantes :

1) Ce projet d’arrêté prévoit une période complémentaire pour la vénerie sous terre du blaireau du 1er juillet 2024 au 14 septembre 2024 puis une seconde période complémentaire du 15 mai 2025 au 30 juin 2025.

La vénerie sous terre est un pratique qui consiste à acculer les blaireaux dans leur terrier au moyen d’au moins trois chiens « terriers »qui pénètrent dans les galeries, vont au contact des blaireaux et les mordent. Leurs aboiements permettent aux veneurs de localiser l’animal et de l’extraire au moyens d’outils de terrassement puis de pinces non vulnérantes en le saisissant au cou, à une patte ou au tronc puis de le mettre à mort au moyen d’une arme.

Cette pratique cruelle qui occasionne un stress intense et des souffrances pendant plusieurs heures à la victime doit être assimilée à de la maltraitance animale et n’a pas lieu d’être autorisée à notre époque dans un État qui se prétend civilisé.

2) En mai-juin les jeunes blaireaux ne sont pas tous sevrés et ils restent totalement dépendants de leur mère jusqu’à l’automne. La mise à mort de leurs parents les condamne, s’ ils ne sont pas eux aussi exterminés lors du déterrage, à une lente agonie.

3) La reproduction de l’espèce blaireau est lente. La circulation automobile détruit chaque année de très nombreux blaireaux.

4) L’espèce blaireau est protégée par la convention de Berne. La France, qui a ratifié cette convention doit garantir le bon état de conservation de cette espèce.

5) Les dégâts qui lui sont attribués sont rares et très localisés. Ils peuvent être évités par quelques mesures simples à mettre en œuvre, comme la mise en place d’une clôture autour des terriers afin que les animaux d’élevage ne risquent pas de se blesser. En aucun cas les quelques dizaines de déclarations de dégâts dans notre département ne peuvent justifier la destruction de plus de mille blaireaux par an !

6) L’espèce blaireau joue un rôle important dans nos écosystèmes et, gros consommateur d’invertébrés, il est un auxiliaire de l’agriculture important mais injustement méprisé.

Espérant que vous vous voudrez bien prendre en compte mes observations, veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments respectueux.

Jean-Pierre QUIDAM

Publié par FNE Puy-de-Dôme

Le Mardi 04 juin 2024

https://www.fne-aura.org/actualites/puy-de-dome/consultation-sur-periode-supplementaire-de-deterrage-du-blaireau/

Partager


Je relaie

J'agis