— Actualités —

Changer de monde, changer de cap, changer de PAC !

La tâche est immense mais l’objectif simple et à portée de mains : notre vision et nos priorités pour changer de monde, de cap, de PAC !

Jeudi 21 mars 2019 Agriculture

Le Salon de l’Agriculture vient de fermer ses portes et on y a beaucoup parlé de la Politique Agricole Commune (PAC) à l’aube de sa renégociation entre états membres de l’Union Européenne. Sujet de taille effectivement puisque la PAC coûte 114€ à chaque citoyen européen, je vous laisse calculer la contribution de votre famille !

La PAC, créée en 1962, avait pour objectif l’accroissement de la productivité agricole, l’autosuffisance alimentaire et de produire une nourriture à bas coût tout en maintenant un revenu agricole décent. Cette vision productiviste subventionnée a façonné le modèle agricole actuel qui préfère l’utilisation massive des machines et des pesticides à la main d’œuvre agricole aujourd’hui largement disparue.

La PAC repose sur deux piliers. Le premier vise au soutien du marché, des prix et des revenus et le second a pour objectif affiché la modernisation et l’évolution vers une agriculture durable. Les résultats de la PAC sont sans appel ! Les sols sont érodés, appauvris en carbone et gorgés de pesticides. Les cours et les nappes d’eau sont respectivement pollués à 93% et 70% par un cocktail de centaines de pesticides et de leurs métabolites. L’air est chargé de particules toxiques et d’aérosols de pesticides. Le vivant se meurt avec en moins de 20 ans, la disparition de 30% des oiseaux inféodés aux milieux agricoles et de près de 80% des insectes volants… Et cerise sur le gâteau, l’agriculture est responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serre ! On ne peut plus attendre et il est impératif de changer le modèle agricole et pour cela de changer la PAC.

Pour FNE Auvergne-Rhône-Alpes, la PAC ne doit plus financer les pratiques polluantes. La PAC doit favoriser l’emploi et non l’agrandissement des exploitations. Les conditions d’octroi des aides doivent être lisibles pour tout un chacun. La PAC doit soutenir la relocalisation de productions comme le soja ou les légumineuses, elle doit reconnaître et rémunérer les pratiques vertueuses pour la biodiversité et la santé et financer en urgence la sortie totale des pesticides et la transition agro-écologique afin de transformer notre agriculture mortifère en agriculture bienfaisante pour la biodiversité et le climat.

Comme vous le voyez, la tâche est immense mais l’objectif simple et à portée de mains si nous, citoyens européens, nous l’exigeons. Agriculteurs de la FNSEA et de la Coordination Rurale, n’entendez-vous pas les aspirations de la population française à une nourriture saine, de qualité, de proximité, une agriculture créatrice d’écosystèmes vivants et protecteurs du climat ? Il est des paysans qui heureusement semblent l’entendre…

Publié par FNE Auvergne Rhône Alpes

Le Jeudi 21 mars 2019

https://www.fne-aura.org/actualites/region/changer-de-monde-changer-de-cap-changer-de-pac/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts