— Nos avis —

Avis de FNE 63 dans le cadre de l’enquête publique concernant l’Urban Village

Du 6 septembre au 7 octobre 2021 s'est déroulée l'enquête publique concernant le projet d'implantation d'un complexe Urban Village à Cournon d'Auvergne, dans la plaine de Sarliève. Voici l'avis rendu à cette occasion par FNE 63

     Ce projet, porté par la société 3J n’a plus sa place dans la prise de conscience actuelle
sur le bouleversement climatique et ses conséquences, alors que l’Etat vient de prendre des
décisions importants au travers du Plan Biodiversité du Ministère de la Transition Écologique,
présenté le 4 juillet 2018, et de la Loi Climat et Résilience du 22 août 2021, qui prônent la fin
de l’artificialisation des espaces naturels et agricoles pour atteindre « zéro artificialisation
nette » à l’objectif 2050.

Le SRADDET Auvergne Rhône-Alpes (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) souligne que le phénomène de consommation d’espace est préoccupant pour l’avenir.
Localement, le SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale) du Grand Clermont rappelle
largement dans les documents « DOG » (Document d’Orientation générale) et « PADD »
(Plan d’Aménagement et de Développement Durables) l’importance des terres de Limagne.
Le DOG indique notamment « … plaine agricole riche et très productive, la Limagne est
réputée pour ses terres agricoles, qui ont un potentiel agronomique parmi les meilleurs
d’Europe. La fertilité naturelle de ces terres et les équipements d’irrigation permettent
d’atteindre des rendements importants. Pour autant, ces terres sont soumises à de très fortes
pressions foncières. C’est pourquoi, il convient de conserver les meilleures terres agricoles
afin de développer le potentiel de développement et d’innovation du secteur
agroalimentaire ».
…Le DOG confirme « la vocation première agricole des terres de Limagne avec ses cultures
à haute valeur ajoutée (maïs et céréales à paille, betterave à sucre, tabac, oléagineux, pomme
de terre, maïs-semence…) et sa filière agroalimentaire innovante… »
Le PADD reprend pour sa part, dans l’objectif n°2 Préserver la biodiversité, les milieux et
les ressources : « Préserver, dans des conditions viables et pérennes, les terres nécessaires : –
aux productions agricoles, sources de valeur ajoutée, permettant de valoriser au mieux le
potentiel agronomique de haute qualité des terres de Limagne ; …veiller au renforcement des
différentes filières de l’agriculture du Grand Clermont (viticulture, arboriculture,
maraîchage, élevage…) … »

A rebours de ces prescriptions, sous couvert d’une répartition consensuelle de l’espace,
le projet présenté va pénaliser de potentiels futurs exploitants agricoles de la zone, parmi
lesquels l’association TERRE de LIENS et le projet « Ferme de Sarliève », leur laissant des
terrains inondables non aménageables, alors qu’il s’accaparera le meilleur des ces terres
classées « terres de très haute productivité » sur la carte départementale du potentiel
agronomique des sols, de la Chambre d’Agriculture. Dans ce secteur, des zones sont
identifiées humides, il faut absolument les protéger car utiles dans le contexte actuel de
changement climatique et des constructions à proximité auraient des conséquences néfastes
sur celles-ci.
Il convient de rappeler ici le « Plan Alimentaire Territorial (PAT) Grand Clermont -PNR Livradois Forez » lancé en 2017. Notre association a participé avec intérêt aux ateliers
organisés suite à l’analyse par SOLAGRO de l’autonomie alimentaire pour ces territoires d’ici
2030 et 2050 (d’après le scénario AFTERRES).
Nous nous permettons de rappeler certaines conclusions de 2019 : diviser par deux le
rythme d’artificialisation des sols et le rythme de disparition des prairies, augmenter les
surfaces de certaines cultures : + 10 000 ha de protéagineux, +4000 ha (+ 125 ha/an) légumes
et fruits, + 10 000 ha céréales et oléagineux…plus de nombreuses mesures par rapport au type
d’agriculture, à des engagements sociaux (accès à une nourriture saine et équilibrée pour tous,
utilisation des filières de circuits courts…).

Les terres agricoles autour de Clermont-Ferrand consistent surtout au niveau de la
Limagne à des grandes cultures et les demandes de production de légumineuses, fruits et
légumes rencontrent des problèmes logistiques (main d’œuvre, inadaptation du matériel
agricole trop volumineux). Une zone agricole protégée ZAP a pu être mise en place à Gerzat,
au terme de longues années de démarches.
Il reste la plaine de Sarliève, terre agricole de valeur… Ne continuons pas à nous tromper, nous sommes devant une alternative : d’une part un PAT mis en avant en 2019 par le Grand Clermont comme une avancée importante, avec des objectifs précis d’ici 2030 et d’autre
part un projet d’artificialisation de terres agricoles précieuses sur cette même plaine de
Sarliève…

Par ailleurs, ce projet propose en un même lieu, la création d’équipements de loisirs,
sport et bien-être, ainsi que des espaces de restauration, des magasins, des bureaux et un hôtel,
pour accueillir un public estimé à un million de visiteurs par an. Outre que ce programme
s’éloigne sous cet aspect également des prescriptions du SCoT « …Préférer les opérations de
renouvellement urbain, de construction en dents creuses aux extensions consommatrices de
terres agricoles et naturelles… », il induit une concurrence déloyale à l’encontre des activités
commerciales déjà installées telles les salles de sport, les restaurants et autres qui peinent à
trouver leur place. On peut souligner, par ailleurs, que la ville de Cournon est largement dotée
en équipement sportifs collectifs largement accessibles. D’autre part, au vu du nombre de
visiteurs attendus (un million) il faut s’attendre à une surcharge de l’autoroute A 75 déjà
fortement impactée par le trafic habituel et une production délétère de polluants
atmosphériques dont le CO² et le NO² (dioxyde d’azote), sans parler d’une augmentation
notable de la production de déchets et nuisances.

Quoiqu’il en soit dit, en l’état actuel, l’accès au projet ne pourra se faire qu’en voiture ; l’accès piéton depuis la gare de Cournon-Sarliève est long et peu praticable, celui en bus quasi inexistant ; rien n’assure d’un changement des cadencements des trains et bus et de
l’amélioration de ces moyens d’accès.
Ce projet va contribuer à aggraver ponctuellement les problèmes de stationnement et
l’effet de thrombose constaté à l’occasion de chaque manifestation se déroulant sur le site du
Zénith/Grande Halle voisin (Sommet de l’Elevage, Foire de Cournon-Clermont, et autres)
avec le risque potentiel d’impacter la circulation sur l’autoroute A75 voisine.

Nous indiquons enfin que notre association, membre de la CDPENAF (Commission
Départementale de Préservation des Espaces Naturels Agricoles et Forestiers) avait voté, lors
de sa présentation en 2019, contre le PLU de Cournon, pour notamment une non prise en
compte de « dents creuses » contre la création de zones à urbaniser (notamment zone 1AUA)
insuffisamment justifiées.

Pour ces raisons, nous vous demandons, monsieur le commissaire-enquêteur de prononcer un avis défavorable à ce projet.

Publié par FNE Puy-de-Dôme

Le Lundi 02 mai 2022

https://www.fne-aura.org/nos-avis/puy-de-dome/avis-de-fne-63-dans-le-cadre-de-lenquete-publique-concernant-lurban-village/

Partager


Je relaie

J'agis