— Actualités —

Bouquetins du Bargy (de 2012 à aujourd’hui)

Comme en 2018 et 2019, la Préfecture de Haute-Savoie prévoit d’autoriser la destruction indiscriminée de 20 bouquetins en plus de la capture de 50 autres qui seraient testés et euthanasiés pour ceux reconnus positifs à la Brucellose. Passer en force, qui plus est en période de confinement, laisserait penser que l’État privilégie les intérêts de l'industrie agro-alimentaire par rapport aux expertises scientifiques et à la préservation de la faune sauvage.

Mercredi 06 mai 2020 Agriculture Biodiversité Santé

Contexte :

Depuis 2012, 482 bouquetins ont été éliminés sur le Massif du Bargy (Haute-Savoie), 134 par euthanasie après avoir été contrôlés positifs à la Brucellose, et 348 par des tirs d’abattage indiscriminé.

La Brucellose est une infection bactérienne qui provoque chez l’animal pathologies articulaires et avortements, potentiellement transmissible à l’Homme et aux troupeaux d’élevage qui partageraient le même environnement que des bouquetins infectés. Sans résurgence depuis 1999, un foyer d’infection avait été identifié en 2012 dans un élevage bovin laitier de la commune du Grand Bornand (74) et sur deux enfants qui avaient consommé du fromage frais au lait cru issu du même élevage.

Selon les experts de l’ANSES, avec une seule occurrence en 21 ans, le risque de transmission demeurait extrêmement faible. Mais l’État avait quand même lancé des abattages massifs et indiscriminés de bouquetins entre 2012 et 2015. Grâce à la mobilisation des associations de protection de la nature, ces abattages sans distinction entre animal malade ou sain avaient finalement été abandonnés en 2015 pour euthanasier uniquement les animaux infectés.

La position de FNE et des ONG partenaires a toujours été la même : le Bouquetin des Alpes est une espèce protégée au niveau international. S’il est concevable que l’euthanasie d’animaux séropositifs avérés contribue à réduire un foyer infectieux, la destruction d’individus sains n’est pas acceptable. L’abattage indiscriminé en zone cœur du massif, de plus ciblé sur les femelles en âge de procréer, désorganise la hiérarchie sociale dans les hardes et contribue à la contamination de davantage d’individus, comme cela a été constaté à la suite des abattages massifs de 2013 et 2015. En outre, avec un taux de prévalence maximal d’environ 20% et une absence générale de signes symptomatiques, 4 bouquetins abattus sur 5 seront des individus sains.

Situation actuelle :

Mais rien n’y fait ! Malgré un avis négatif du CNPN (Conseil National de la Protection de la Nature), malgré notre demande insistante auprès du Ministère de la transition écologique, malgré l’absence d’évidence que des abattages indiscriminés auraient un impact favorable sur la gestion de la Brucellose dans le massif du Bargy, au prétexte de lutter contre la Brucellose le Préfet de Haute-Savoie veut à nouveau faire abattre avant l’été 2020 des bouquetins vraisemblablement sains, en plus de ceux capturés pour être testés.

Pour dire NON à l’abattage de bouquetins potentiellement sains, vous avez jusqu’au 20 mai 2020 pour vous exprimer dans le cadre d’une enquête publique. Pour plus d’informations.

Publié par FNE Haute-Savoie

Le Mercredi 06 mai 2020

https://www.fne-aura.org/actualites/haute-savoie/bouquetins-du-bargy-de-2012-a-aujourdhui/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts