Soutenez-nous, faites un don !

— Actualités —

CIMaE : un projet de recherche inédit pour protéger les zones humides d’altitude

CIMaE est un projet de recherche scientifique qui vise à étudier l'impact des changements climatiques sur les zones humides d'altitude, afin de mieux les protéger.

Mercredi 13 janvier 2021 Biodiversité Climat Montagne

En début d’année 2021, notre experte Marie Lamouille-Hébert s’est lancée dans un projet de recherche inédit. Son nom ? CIMaE (Climatic Impact on Mountain Aquatic Ecosystems). L’objectif ? Étudier les zones humides d’altitude et leur biodiversité, afin de mieux les protéger.

Les zones humides d’altitude : des milieux précieux

Les zones humides font partie des écosystèmes les plus riches du monde. Plus de 30% des plantes remarquables menacées en France, ainsi que 50% d’espèces d’oiseaux sont inféodées à ces milieux. (Source : Plan d’action en faveur des zones humides ; 1995)

D’autre part, elles limitent l’intensité des crues, filtrent les eaux et ralentissent les ruissellements. Enfin, elles constituent de véritables puits de carbone, trésors inestimables dans la lutte contre les changements climatiques.

Un écosystème menacé

Les zones humides d’altitude connaissent un déclin alarmant. De nombreuses espèces sont aujourd’hui menacées par la disparition de leur habitat. Pourtant, cet écosystème reste peu étudié par la communauté scientifique. Dans la région de Chamonix, seulement 47% des zones humides sont connues en dehors des réserves naturelles. (Source : Lamouille-Hébert, 2020)

Ainsi, le projet CIMaE consiste à étudier l’impact des changements climatiques sur les zones humides d’altitude, afin de mieux les protéger.

Un projet d’envergure en plusieurs étapes

Le projet CIMaE s’étendra sur quatre ans et comportera trois axes.

Axe 1 – Dans un premier temps, l’objectif sera de récolter des données concernant la localisation et les typologies des zones humides d’altitude. Nous nous intéresserons aussi à l’impact des changements climatiques sur ces dernières.

Axe 2 – Nous étudierons la réponse des communautés (odonates, amphibiens…) à différents paramètres (température de l’eau, connectivité…).

Axe 3 – Nous modéliserons les distributions actuelles et futures des espèces d’altitude.

Ce travail de recherche donnera lieu à une thèse, co-dirigée par Thibault Datry (INRAE) et Florent Arthaud (Université Savoie Mont-Blanc). L’enjeu sera alors de dégager un plan d’action de préservation des zones humides d’altitude.

Le programme de sciences participatives

En 2021, nous avons lancé un programme de sciences participatives à l’attention des naturalistes. L’objectif : récolter un maximum de données sur les zones humides d’altitude, sur tout le territoire de l’étude (Alpes, Jura et Pyrénées). Ainsi, l’été dernier, 80 personnes ont été mobilisées et ont inventorié un total de 300 zones humides ! Vous êtes naturaliste ? Pour en savoir plus ou rejoindre le projet en 2022, c’est par ici.

Cette année, l’objectif est d’échantillonner au moins 500 zones humides. Ainsi, en plus d’impliquer les naturalistes, le programme de sciences participatives s’étend aux pratiquants outdoor. Randonneurs, traileurs, grimpeurs… Aidez-nous à mieux connaitre les zones humides d’altitude tout en profitant de votre sortie en montagne ! Plus d’infos ici.

L’expertise scientifique au service du militantisme

Le projet CIMaE est une première en France. Face à un tel défi, notre association est fière de pouvoir compter sur Marie Lamouille-Hébert. En 2020, celle-ci s’est vue diplômée de l’EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes) en Sciences de la Vie et de la Terre. Elle a obtenu la mention très bien grâce à son travail de recherche sur les libellules spécifiques d’altitude. En parallèle, elle occupe notamment le rôle de vice-Présidente au sein du groupe Sympetrum.

En tant que chargée de mission biodiversité et milieux aquatiques à FNE Haute-Savoie, Marie portera le projet CIMaE de A à Z. Elle sera alors à même de livrer des résultats précieux, tant pour la communauté scientifique que pour notre association.

Ressources complémentaires

Pour en savoir plus sur le projet CIMaE, rendez-vous sur notre page Ressources complémentaires. Vous y retrouverez notamment la plaquette de présentation, une vidéo d’explication du protocole sur le terrain, un tuto pour fabriquer votre propre grappin, ainsi que les webinaires de présentation du programme de sciences participatives.

Si vous êtes naturalistes ou pratiquant outdoor et que vous souhaitez rejoindre le programme de sciences participatives, des pages spécifiques sont prévues à votre attention. Vous y retrouverez notamment toutes les ressources dont vous aurez besoin sur le terrain. Pour les naturalistes, c’est par ici. Pour les pratiquants outdoor, rendez-vous ici.

Partenaires financiers

Contact

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter Marie Lamouille-Hebert à l’adresse suivante : marie.lamouille-hebert@inrae.fr

Pour suivre l’actualité du projet CIMaE, rendez-vous sur la page Facebook.

 

Crédits photos par ordre d’apparition : Jean-François Desmet ; Laurent Theophile ; Anthéa Godefroy ; Jacky Lachenal ; Lauren Terrigeol

Publié par FNE Haute-Savoie

Le Mercredi 13 janvier 2021

https://www.fne-aura.org/actualites/haute-savoie/cimae-un-projet-de-recherche-inedit-pour-proteger-les-zones-humides-daltitude/

Partager


Je relaie

J'agis

Soutenez notre indépendance financière

Adhérez Faites un don

Avantage réduction d'impôts